Combines musulmanes en Suède: l’islamisme radical financé avec l’argent du contribuable

Image d'illustration / Photo: DR
Image d'illustration / Photo: DR

Selon une étude récente, 49 sociétés et groupes dirigés par des radicaux islamiques ont fait des affaires avec les autorités locales et nationales suédoises et ont reçu en cinq ans 1,2 milliard de couronnes suédoises (117 millions d’euros).

Certaines des personnes impliquées dans ces pompes à fric du contribuable sont des salafistes radicaux agissant ouvertement, voire des radicaux islamiques violents qui ont combattu à l’étranger dans les rangs de groupes terroristes comme l’État islamique.

Selon un article paru dans le journal Aftonbladet, la majorité des fonds proviennent du financement des écoles par les municipalités locales et des subventions de l’Agence nationale suédoise pour l’éducation.

L’école Saphire de Göteborg, fermée en décembre 2019 en raison de ses liens avérés avec les extrémistes islamiques radicaux, est celle qui a recueilli le plus de fonds publics, via la société-mère Bilaalm, basée dans le Norrland.

L’expert en terrorisme, Magnus Ranstorp, a reproché au gouvernement de ne pas savoir où allait réellement l’argent des contribuables et a déclaré que les extrémistes islamiques radicaux donnaient souvent la priorité à l’éducation.

Bien sûr, il y a un but purement financier, faire de l’argent. Mais ensuite, il s’agit de promouvoir l’islamisme et d’isoler les jeunes de la communauté non religieuse“, a-t-il déclaré.

Ce rapport n’est pas le premier à révéler que l’argent du contribuable suédois a été consacré à des extrémistes islamiques radicaux.

L’année dernière, le service de sécurité suédois Säpo a signalé que les islamistes radicaux reçoivent de l’argent du contribuable, mais a estimé le montant à plusieurs millions de couronnes et non à plus d’un milliard.

Pour réduire la croissance des communautés extrémistes, la société doit empêcher les organisations qui contribuent à la radicalisation de recevoir des fonds publics. L’État ne doit pas financer des activités qui sapent notre démocratie en soutenant l’extrémisme violent“, a déclaré le directeur opérationnel de la Säpo.

De nombreux pays comme la Suède, mais aussi la France, versaient des allocations sociales à des islamistes qui se sont rendus en Syrie pour le djihad dans les rangs de l’État islamique.

Source: Aftonbladet

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici