Après l’attentat de Conflans, François Hollande veut combattre l’ennemi, sans le nommer

François Hollande/Wikimedia Commons
François Hollande/Wikimedia Commons

Après la décapitation d’un prof à Conflans, l’ancien président François Hollande  a appelé à une meilleure protection du corps enseignant face à l’islamisme radical. Sans nommer l’ennemi, ce qui est une prouesse…

Il y a eu des pressions, des parents qui ont essayé de porter plainte et ça se fait dans d’autres établissements. Cette pression insupportable doit être punie. Si face à cette pression, l’enseignant, pour ne pas créer d’incident, pour ne pas s’exposer lui-même, cède, c’est-à-dire ne transmet plus le savoir, alors la République recule et ça nous ne pouvons pas l’admettre“, a réagi François Hollande sur BFMTV.

Les enseignants doivent être protégés, pas simplement par des moyens policiers mais par la Nation quant à l’enseignement qu’il dispense“, a-t-il poursuivi, citant l’enseignement de “la Shoah, des valeurs de la République, dire ce qu’est la laïcité, ce qu’elle permet, la liberté de croyance, ce qu’elle n’autorise pas, la haine d’une personne pour sa religion“.

Après avoir bien analyser le problème, l’ancien compagnon de Ségolène Royal refuse de nommer les coupables. Les pressions, oui, mais qui les exerce? Les Zoulous? Les Martiens? Les mots “islam” ou “islamistes” sont absents dans sa bouche.

Et les solutions envisagés? N’en parlons même pas. Flamby est toujours à coté de la plaque. Pour mieux protéger les professeurs, il estime que “l’Education nationale, l’Etat et la nation tout entière” doivent démontrer un soutien avec plus de moyens et des “créations de postes“. Le vieux reflexe socialo-étatiste est toujours là: on commence par mettre un doigt sur le problème et on finit par demander plus de fonctionnaires et plus de fric. Avec des hommes politiques de ce niveau, il ne faut pas s’étonner que la France est dans un triste d’état.

Source: BFMTV

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici