Ils sont allés trop loin pour aider la gauche! Le PDG de Twitter admet avoir censuré sans raison un article sur Biden

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Twitter est allé trop loin dans sa censure anti-droite, et son patron, Jack Dorsey, tente de rétro-pédaler. Il a déclaré qu’il était “inacceptable” que le géant des réseaux sociaux censure un article sur les magouilles d’ Hunter Biden, le fils de Joe Biden, et empêche les utilisateurs de le partager, en public ou en privé, sans fournir un message clair sur les raisons de cette décision.

Jack Dorsey a publié sa déclaration sur un tweet quelques heures après qu’un certain nombre d’hommes politiques républicains, dont le sénateur Josh Hawley, eurent reproché au géant des réseaux sociaux d’avoir empêché les articles d’être diffusés sur la plateforme.

Notre communication autour de nos actions sur l’article du New York Post n’était pas très bonne. Et le fait de bloquer le partage d’URL via tweet ou DM sans contexte quant à la raison de notre blocage, inacceptable“, a écrit Dorsey dans un tweet.

Twitter a bloqué le partage d’un article qui indiquait que Hunter Biden avait présenté son père Joe Biden à un homme d’affaires ukrainien, sous le prétexte bidon d’avoir utilisé du “matériel piraté”, citant un e-mail reliant Joe Biden au travail de son fils dans une entreprise énergétique ukrainienne.

L’entreprise a également bloqué le compte Twitter principal du New York Post, qui était  toujours inactif dans la nuit du mercredi à jeudi.

Cette censure est allée très loin. Le compte Twitter de l’attachée de presse de la Maison- Blanche, Kayleigh McEnany, suivi par plus d’un million d’internautes, a été suspendu pour avoir partagé la couverture du journal.

Sans fournir aucune preuve, Twitter a déclaré que McEnany, qui a partagé une capture d’écran avec The Post, a violé ses “règles contre la distribution de matériel piraté“.

Facebook, le géant des réseaux sociaux, s’est également joint à la censure de Twitter en limitant la diffusion de l’article, “dans l’attente d’un examen par des vérificateurs de faits indépendants”, c’est-à-dire une agence partisane gauchiste à l’image de Décodeurs ou de NewsGuard.

Le sénateur Josh Hawley, qui avait envoyé une lettre aux deux sociétés, demandant des réponses claires sur les raisons pour lesquelles les plateformes ont censuré les articles, estime que la réponse de Dorsey est une non-réponse.

C’est loin d’être suffisant. En fait, c’est une blague. C’est carrément insultant. Je vais vous demander — aussi à Facebook — de donner une explication SOUS SERMENT à la sous-commission du Sénat que je préside. Ce sont des violations potentielles de la loi électorale, et c’est un délit“, a-t-il écrit dans un tweet.

Le président Donald Trump a commenté pour sa part: Si terrible que Facebook et Twitter ont censuré l’histoire explosive des e-mails liés à “Sleepy Joe” Biden et à son fils Hunter dans le New York Post. Ce n’est que le début pour eux. Il n’y a rien de pire qu’un politicien corrompu.”

Source: NY Post

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici