Prends ça, Macron! Trump flingue le confinement à la française

Donald Trump/Twitter
Donald Trump/Twitter

Il ne faut jamais oublier que le confinement hystérique généralisé que traverse la planète depuis huit mois est née dans les cerveaux malades de l’Organisation Mondiale de la Santé, usine à gaz gauchiste qui a recommandé à la planète entière d’adopter la stratégie mise en place à Wuhan par Xi Jinping: enfermer les gens comme des singes dans des cages.

Cette stratégie chère à l’OMS, dirigée par un communiste, et par le Parti communiste chinois, ennemi juré de l’humanité entière, a été suivie à la lettre par la France de Macron, avec les résultats que l’on sait: effondrement économique, désespoir des populations, émeutes dans les banlieues, etc.

S’il y a un homme qui a dénoncé ce confinement autoritaire depuis le premier jour, c’est bien Donald Trump. Le premier, il a considéré que le confinement était une gigantesque erreur, et il n’a jamais changé d’avis sur ce point. La Terre entière lui a jeté des pierres, l’a ridiculisé, et aujourd’hui elle le hait, mais il n’a pas varié d’un millimètre. Fuck le confinement, et point final. Quitte à ce qu’il y ait des morts? Mais des morts, il y en a toujours! Alors, sauvons en priorité ce qui ne doit surtout pas mourir: l’activité.

Trump a milité pour que l’Amérique continue à travailler au lieu de s’enterrer vivante. Pendant que la France paralysée part en poussière, l’Amérique crée des millions d’emplois malgré la pandémie.

Alors, quand l’OMS commence à émettre des doutes sur la validité scientifique du sacro-saint confinement, Trump saute sur l’occasion pour se moquer de cette institution dont la Maison-Blanche a bruyamment claqué la porte cet été. Il en profite pour gifler au passage le Parti Démocrate qui, en bon bobo soumis de gauche, est évidemment hyper-fan du confinement.

Le Président américain a tweeté cette nuit: “L’Organisation mondiale de la Santé vient d’admettre que j’avais raison. Le confinement tue des pays partout dans le monde. Le remède ne peut pas être pire que le problème lui-même! Libérez vos États, gouverneurs démocrates! Libérez New York! Ce fut une longue bataille, mais ils ont finalement pris la bonne décision!”

Sacré Donald! Il fait du mal à Macron chaque fois qu’il prend la parole. Le contraste entre le courage de la liberté et la lâcheté du progressisme se voit à l’œil nu.

Source: Twitter

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici