10 millions de dollars et la liberté pour des tueurs des Français? Voilà le prix de la libération de Sophie Pétronin

Sophie Pétronin / Capture d'écran Youtube
Sophie Pétronin / Capture d'écran Youtube

La libération de Sophie Pétronin, sur toutes les lèvres depuis ce matin, révèle des coulisses diplomatiques étonnantes. Pour Lemine Ould Salem, journaliste et spécialiste des mouvements islamistes au Sahel, la libération des djihadistes a été une monnaie d’échange. Une rançon de 10 millions de dollars aurait également été payée.

Si la libération de Sophie Pétronin, en principe négociée et décidée depuis un mois, a traîné à être mise en œuvre, c’est surtout à cause de quelques couacs dans le dossier, selon Lemine Ould Salem, journaliste et spécialiste du djihadisme au Sahel, interviewé au mirco de RTL.

Lorsque les ravisseurs ont présenté la liste de prisonniers à échanger avec le gouvernement malien, “il s’est avéré que, en tête de liste de dizaines de djihadistes ou présumés tels, détenus dans les prisons maliennes, il y avait un certain nombre de personnes impliquées dans les attentats où des ressortissants étrangers étaient morts“.

Lemine Ould Salem cite en particulier l’attentat lors de l’insurrection djihadiste au Burkina Faso, le 15 janvier 2016, visant l’hôtel Splendid dans le centre de Ouagadougou, capitale du pays. L’attaque terroriste, revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique, avait fait 28 victimes, parmi lesquelles deux Français et un Américain.

Or, libérer “des gens qui ont mené des attentats contre les États-Unis” contre une humanitaire convertie à l’islam, ça pose problème, notamment face à l’allié américain.

Il se trouve que Mimi Ould Baba Ould Cheikh, interpellé en janvier 2017 au Mali, l’organisateur revendiqué de l’attentat, faisait partie des premières personnes figurant sur la liste de djihadistes à libérer.

Quant à la rançon dont il n’est pas question dans les médias, “il n’y a pas de libération sans rançon, c’est une évidence. Il faut être naïf pour croire qu’on va libérer un otage, surtout un otage occidental juste contre quelques dizaines de détenus”.

Lemine Ould Salem, pour qui le versement de rançon est une évidence, ne pose qu’une question: “Qui a payé?

Selon le journaliste, c’est le Vatican qui aurait payé la somme de 10 millions d’euros pour la “libération de deux Italiens, dont un prêtre enlevé en 2018 au Nigéria“. L’animatrice de RTL ayant écourté l’entretien, Lemine Ould Salem n’a pas pu donner les sources de cette affirmation qui reste donc à confirmer.

Source: RTL

3 Commentaires

  1. Pas surprenant: Le Vatican et son Maître du moment sont prêts à tout négocier pour faire plaisir à l’autre religion qui les fagocite: dans le marché en plus des 208 ordures islamistes relâchées il devait y avoir l’engagement des déclarations pro muzz’, Macron a accepté sans trop de difficultés, lui même étant poussé par ses mentors et financiers pour aller dans ce sens, seulement il devra rendre des comptes lorsque des soldats Français se feront tuer dans les prochaines semaines ce qui ne manquera pas d’arriver…

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici