Le principal expert allemand explose la stratégie anti-coronavirus: arrêtons de paniquer et retournons à une vie normale

Hendrik Streeck / Photo: UK Bonn
Hendrik Streeck / Photo: UK Bonn

Le directeur de l’Institut de virologie de l’hôpital universitaire de Bonn, Hendrik Streeck, critique la stratégie de la peur face au coronavirus. Le taux de mortalité est en réalité beaucoup plus faible que prévu et la société a trop peur. Il recommande d’arrêter de dramatiser et de retourner à une vie normale.

Connaissez-vous le docteur Hendrik Streeck? Presque aucun autre chercheur en Europe, sauf peut-être le professeur Raoult à Marseille, n’a vu autant de patients atteints de coronavirus que lui. C’est lui qui a découvert que la perte de l’odorat et du goût figurait parmi les symptômes de la maladie.

À la tête de l’Institut de virologie de Bonn, après avoir dirigé le programme militaire américain sur le HIV, il est à 43 ans de loin l’expert le plus qualifié en Allemagne dans le domaine de la Covid-19. Ce qui ne l’empêche pas de tenir des propos hors des sentiers battus par les médias sanitairement corrects.

Selon le médecin et scientifique allemand, les risques de la Covid-19 sont maintenant facilement calculables et ne légitiment plus   exagéré et de restrictions à tout va.

Il a déclaré que le taux de mortalité en Allemagne est actuellement tout à fait normal. Lors de la vague de chaleur de 2018 et de l’épidémie de grippe de 2017, la surmortalité a été beaucoup plus élevée. “Nous avons affaire à un virus grave, mais il ne faut pas dramatiser.”

On sait désormais que le taux de mortalité des personnes infectées par le virus chinois est beaucoup plus faible que ce que l’on craignait au printemps. “Ce virus n’est mortel que pour quelques-uns. Tout comme de nombreux autres virus“, a déclaré Hendrik Streeck.

Ce que la science apprend sur ce virus devrait au contraire donner du courage. Il n’y a presque pas de transmission par objets. Le risque d’infection est également faible dans les activités quotidiennes normales, par exemple en faisant les courses. De nombreuses infections sont asymptomatiques. Seuls 5% des personnes infectées ont besoin d’un traitement clinique, et bien moins encore ont besoin de soins intensifs.

Selon le virologiste allemand, le taux de mortalité est au maximum de 0,37%. La métropole brésilienne bien documentée de Manaus a fait état d’un taux de mortalité de 0,28%. Le virus est nettement plus dangereux que les vagues classiques de la grippe, mais “le coronavirus ne sera pas notre perte“, rassure-t-il.

Hendrik Streeck souligne que la peur du virus est souvent irrationnelle. Trop souvent, les plus petites probabilités de risques secondaires deviennent des sujets majeurs de la politique et des médias. “Le virus est devenu trop politique, alors qu’il ne devrait pas l’être“, a déploré le virologiste.

Le professeur plaide pour la fin du mode de crise et de panique, il dit que la gestion du virus doit devenir une gestion normale des risques, comme pour beaucoup d’autres risques dans la vie. Susciter des craintes n’est pas la bonne façon de procéder, car cela divise la société et affaiblit l’acceptation d’une attention responsable.

L’obligation de porter un masque à l’air libre, par exemple, est absurde. “Nous avons besoin d’un changement dans la gestion des crises. Nous ne devons pas gérer la crise, mais trouver des solutions. Des solutions rigoureusement pragmatiques“, recommande le virologiste.

Hendrik Streeck plaide pour “une nouvelle routine”: gérer le risque de manière intelligente. “Nous ne pouvons pas appuyer sur le bouton pause de la vie et penser que le virus est terminé“, prévient-il.

Il met en garde contre l’idée fausse selon laquelle le virus peut être éliminé: même le plus dur des confinements n’y parviendrait pas. Après le deuxième confinement, il y aura également une troisième et une quatrième vague d’infection. “Nous sommes dans une vague permanente. Nous devons accepter le fait que le virus deviendra une partie normale de notre vie“.

Il met également en garde contre le fait de placer trop d’espoir dans un vaccin. Selon lui, les vaccins développés rapidement sont incertains en termes d’efficacité et d’effets secondaires. L’humanité n’a réussi qu’une seule fois dans son histoire à éradiquer un virus grâce à un vaccin, celui de la variole.

Il existe de nombreuses maladies telles que la tuberculose ou la malaria, pour lesquelles nous ne disposons toujours pas de vaccin, bien que des millions de personnes en meurent chaque année.

Le médecin allemand pense que, même sans l’utilisation massive de vaccins, la pandémie est en train de s’atténuer. L’immunité grégaire se répand de plus en plus dans les grandes agglomérations de la planète, au Brésil, aux États-Unis, en Suède ou en Inde.

Source: GMX

VIDEO. Le Professeur Raoult dénonce la “plus grande escroquerie” qu’il a jamais vue de sa vie

18 Commentaires

  1. Manaus, 2,2 millions d’habitants, 2554 morts “des complications liées du covid” . En fait 0,11%, une personne sur mille. Et 66% au moins des habitants on été contaminés, ce qui fait de Manaus la première région au monde ayant atteint l’immunité collective (publié dans tous les journaux)

    Sachant que la mortalité mondiale courante est de 0,8 % par an, une bonne part accélérée par un virus (même le rhume), il n’y a en effet rien de dramatique.

    Ah oui, car on meurt rarement d’un virus directement, mais plus de l’affaiblissement métabolique et immunitaire qu’il provoque (la grippe tue réellement environ 60 personnes seulement par an en France)

    Traduction en données brutes : le coronavirus a tué, ou plutôt anticipé le décès de 1 million de personnes dans le monde, alors qu’il meurt environ 57 millions de personnes par an.

    ___

    Concernant le vaccin c’est en effet un miroir aux alouettes : on n’est pas sûr d’en trouver un, la vaccination générale peut être pire que la maladie, le vaccin n’est pas toujours efficace (beaucoup d’individus ne réagissent pas). Sans parler du risque , vu que ce qui tue est en fait “l’orage” des cytokines, que le vaccin aggrave cette réaction et donc la maladie (vrai aussi pour le vaccin grippal selon Raoult (aggravation du covid, pas de la grippe!)).

    Et cela ne garantit en rien que le virus disparaisse.

    La variole est le seul cas où l’on a réussi à éradiquer un virus (avec une zoonose). Selon certains spécialistes, le vaccin n’aurait joué qu’un rôle accessoire, les mesures de quarantaine, l’amélioration générale de la santé (plus de nourriture, meilleure hygiène…) ont joué un plus grand rôle. D’ailleurs on ne vaccinait que dans les zones où elle sévissait.

  2. IL N Y A PLUS DE GASTRO LA FRANCE N A JAMAIS ETE AUSSI PROPRE SUR LES MAINS
    ARRETONS LA PANIQUE
    TRAVAILLONS NORMALEMENT
    NE PAS CREER DE LA MISERE ECONOMIQUEMENT
    TOUT SE RAMDAM PROFITE A QUI …………………………
    PAS A LA CLASSE MOYENNE QUI PAYE POUR TOUT ………….

  3. Tout à fait d’accord ,on entretien cette peur dans le seul but de nous vacciner autrement dit de nous ficher .Les mensonges sur mort ,les hopitaux surchargés,sont gonflés …arretez d’avoir peur vivez de toute façon nous allons mourir ainsi que cette bande de gansters qui installent cette peur ,honte à eux

    • Le BCG provoque (et pas toujours !) un virage de la cuti-réaction qui finit par disparaître avec le temps… mais hélas il n’a jamais fait la preuve de la moindre efficacité contre la tuberculose.
      Avant de se moquer d’un expert, il vaut mieux connaître son sujet…

      • Vous confondez BCG et le tuber-test qui n’ont rien a voir. Le BCG vaccine et le tuber-test teste (comme son nom l’indique) l’efficacité du vaccin via une réaction cutanée apparaissant après injection sous-cutanée du micro-organisme attenué. Ou plus précisément il met en lumière la primo infection par la tuberculine. Si vous avez été vacciné et que le test est positif cela signifie que les anticorps sont encore présents et donc que le vaccin est efficace.

    • Concernant la tuberculose le vaccin existe le BCG,,et en Tunisie on continue à vacciner contre la tuberculose à la naissance

    • Le bacille de Koch est un microbe, pas un virus . La maladie correspondante (tuberculose) est en progression très nette du fait des importations massives de porteurs .
      Les vaccins que l’on recherche actuellement ont peu de chance d’être efficaces avant 1 an. Bill Gates mise pourtant sur ce projet personnellement . L’idéal (pour lui) serait de le rendre obligatoire sinon efficace .

  4. Virologie est l’étude des virus et le virologiste est celui qui étudie la virologie…… la langue française n’est pas facile !!!!

  5. je n’est pas compris l’expert principal allemand explose (a trouver la stratégie anti-coronavirus: si j’ai bien compris? cette expert a trouver le le vaccin anti-coronavirus pouvais vous m’expliquer clairement est sérieusement la bonne réponse avec tous mes remerciements.

  6. Dommage de se baser principalement sur le taux de mortalité. Il ne prend pas en compte l’engorgement des services hospitaliers que cela implique et par conséquent « les choix » qui doivent être faits entre les patients, ni les séquelles

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici