Le moment le plus honteux du discours de Macron sur le séparatisme

Macron en mode Honte.
Capture d'écran / Le Figaro

On savait qu’il allait zigzaguer, reculer en faisant semblant d’avancer et nous sortir son joker du “en même temps”. Le peuple entier considérait que l’heure était venue pour Macron d’être courageux, et devinait qu’il ne le serait pas. On attendait du flou, de la tiédeur, de l’hypocrisie et de la lâcheté, on n’a pas été déçus.

Mais, tout de même, il a réussi à nous surprendre en mal. Comment? En annonçant que, si l’islamisme s’acharne sur la France, c’est de la faute… des Français.

Lisez bien ce qu’il a déclamé: cette abominable langue de bois anti-française que FL24 va décoder pour vous.

Nous avons nous-mêmes construit notre propre séparatisme. C’est celui de nos quartiers. C’est la ghettoïsation. Nous avons construit une concentration de la misère et des difficultés et nous le savons très bien. Nous avons concentré les populations souvent en fonction de leur origine, de leurs milieux sociaux. Nous avons concentré les difficultés éducatives, économiques dans certains quartiers de la République. Nous n’avons pas pu suffisamment recréer la mixité. Et surtout, nous n’avons pas réussi à aller aussi vite que ce phénomène en termes de mobilité éducative et sociale. Nous avons créé des quartiers où la promesse de la République n’a plus été tenue.

En clair: les Français se sont comportés avec les immigrés musulmans comme avec des esclaves, les parquant dans des cités-camps de concentration, les appauvrissant volontairement, les privant de vrais droits et de contact avec l’homme blanc. C’est un mensonge éhonté. La vie d’immigré est difficile, depuis toujours, sur les cinq continents, et la France est sans aucun doute un des pays au monde qui les a le mieux accueillis depuis un demi-siècle. Et, quand il les a parfois mal accueillis, cela a toujours été la faute de l’État, et jamais celle du peuple.

La preuve de ce bon accueil? Sans l’assistance française aux immigrés à travers les hôpitaux, les écoles, les logements sociaux, les aides, les subventions, et souvent l’incroyable tolérance policière et judiciaire de la gauche, les immigrés seraient déjà repartis ailleurs depuis des décennies. Ils ne sont pas masochistes! Or, ils se sont et durablement resté chez nous. Alors, non, nous ne sommes pas des marchands de chair humaine. Non, ne nous sommes ni des fascistes, ni des racistes, ni des monstres négrophobes et islamophobes. En aucun cas. En nous décrivant comme des esclavagistes aujourd’hui, sous le seul prétexte que nos ancêtres ont été colons dans le passé, Macron nous accuse, nous condamne et nous insulte. Et ce n’est pas fini. Voyez plutôt la suite.

“Nous sommes un pays qui a un passé colonial. C’est ainsi. Et qui a des traumatismes qu’il n’a toujours pas réglé. Avec des faits qui sont fondateurs dans notre psyché collective, dans notre projet, dans notre manière de nous voir. La guerre d’Algérie en fait partie. Et au fond, toute cette période de notre histoire est revue comme à rebours, parce que nous n’avons jamais déblayé les choses. Et donc, nous voyons des enfants de la République, parfois d’ailleurs enfants ou petits-enfants de citoyens aujourd’hui issus de l’immigration et venus du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne, revisiter leur identité par un discours post-colonial ou anti-colonial.”

Il insiste! Il persiste! Le coupable n’est pas l’islamisme, ni le parasitisme créé par le socialisme, ni les hallucinations antisociales créées dans les cerveaux adolescents par le cannabis et le rap, mais la France, la France entière, son passé, son présent, son peuple, sa culture, sa grandeur! Tout est de notre et de votre faute! Nous sommes occidentaux, blancs, libres, donc nous sommes des salauds, et c’est nous qui avons généré le séparatisme, l’islamisme, le terrorisme!! Voilà comment Macron nous voit. Voilà comment il veut que nous nous voyons. Voilà “comme on nous parle”, comme disait Alain Souchon. Le Président de la République veut que nous ayons honte, car la honte paralyse le cerveau et transforme les braves gens en victimes consentantes.

Nous laissons nos lecteurs en tirer les conclusions qui s’imposent. Mais pour constater l’abîme qui sépare les États-Unis de la France, nous vous recommandons de comparer le speech de Macron et celui, tout récent, de Trump sur le même sujet. C’est stupéfiant. Trump incarne le courage, la lucidité, la franchise, la fermeté: il appelle son peule à la résistance. Macron joue au petit chef, vomit du gloubiboulga à l’eau de rose et appelle son peuple à baisser les yeux en attendant un vivre-ensemble qui ne viendra jamais.

Puissant! Le discours de Trump contre l’antiracisme

Source des citations: retransmission live du discours présidentiel par Le Figaro.

14 Commentaires

  1. quelle honte d’entendre ce vendu , ils est pire que Philippe Pétain Il ne connait même pas le pourquoi de la colonisation en Afrique du nord . quel inculte .

  2. […] “Nous avons nous-mêmes construit notre propre séparatisme. C’est celui de nos quartiers. C’est la ghettoïsation. Nous avons construit une concentration de la misère et des difficultés et nous le savons très bien. Nous avons concentré les populations souvent en fonction de leur origine, de leurs milieux sociaux. Nous avons concentré les difficultés éducatives, économiques dans certains quartiers de la République. Nous n’avons pas pu suffisamment recréer la mixité. Et surtout, nous n’avons pas réussi à aller aussi vite que ce phénomène en termes de mobilité éducative et sociale. Nous avons créé des quartiers où la promesse de la République n’a plus été tenue.” Lire la suite […]

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici