Facebook intervient dans la campagne présidentielle américaine en censurant 216 publicités payantes pro-Trump

Image d'illustration / Photo: Flickr
Image d'illustration / Photo: Flickr

Facebook a supprimé 216 publicités de la campagne 2020 du président Trump qui contenait des affirmations sur Joe Biden, les réfugiés et le coronavirus, affirmant que ces publicités violaient les règles de Facebook.

Les publicités de la page Facebook de Donald Trump affirmaient par exemple que “malgré les risques sanitaires de Covid-19“, Biden augmenterait considérablement le nombre de réfugiés de Syrie, de Somalie et du Yémen.

Nous avons rejeté ces publicités parce que nous n’autorisons pas les affirmations selon lesquelles la sécurité physique, la santé ou la survie des gens est menacée par d’autres sur la base de leur origine nationale ou de leur statut d’immigré“, a déclaré un porte-parole de Facebook.

Comme ça, c’est plus clair. Peut-on encore affirmer sur Facebook que l’immigration est liée à l’insécurité, ce que tous les chiffres des polices européennes confirment? Sera-t-on banni du Facebook pour affirmer que les terroristes du 11-Septembre étaient des musulmans? Lorsque la censure politique et idéologique se déguise en règles prétendument objectives, le résultat est grotesque.

La bibliothèque de publicités en ligne de Facebook montre que la société Donald J. Trump for President a déboursé entre 10 000 et 15 000 dollars pour les vidéos de 15 secondes, qui ont commencé à être diffusées mercredi. Les publications ont reçu entre 300 000 et 350 000 réactions avant d’être censurées.

Elles ont été retirées le même jour sous prétexte d’avoir enfreint les règles de Facebook concernant les “Attributs personnels”, selon le rapport.

Le règlement de Facebook stipule que les publicités “ne doivent pas inclure de contenu affirmant ou insinuant des attributs personnels“, y compris “des affirmations ou insinuations directes ou indirectes concernant le groupe/origine ethnique, la religion, les croyances, l’âge, l’orientation ou les pratiques sexuelles, l’identité sexuelle, le handicap, l’état de santé (y compris la santé physique ou mentale), la situation financière, l’appartenance à un syndicat, le casier judiciaire ou le nom d’une personne.”

Une porte-parole de la campagne Trump a affirmé que le contenu de l’annonce était tout à fait correct et ne violait aucune règle de Facebook. La suppression était donc parfaitement arbitraire.

L’acharnement des réseaux sociaux, prétendument neutres, à l’encontre du président Trump et de la droite en général, ne date pas d’aujourd’hui.

En mai, Twitter a censuré le tweet du président Donald Trump qui disait “Quand les pillages commencent, les tirs commencent“, dans le contexte de la violence des émeutiers à Minneapolis. Ensuite, il a marqué plusieurs de ses tweets avec une étiquette de pseudo-“vérification des faits”, suggérant qu’il s’agit de fake news.

Une censure qui s’étend malheureusement bien au-delà de la vie politique américaine et qui tente de faire taire la rédaction de FL24 dont la liberté de ton, l’indépendance d’esprit, et la force des scandales que nous dénonçons dérangent ceux qui bénéficient habituellement du silence et de la complaisance médiatique.

Source: CBS News

C’est lui le censeur en chef de Twitter: un gauchiste obsédé par la haine de Trump et de la droite

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici