A Toulon, Mohamed L. jugé pour avoir tabassé et agressé sexuellement une jeune femme vulnérable

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Mohamed L. , un “jeune” de 20 ans, était jugé mercredi dernier par le tribunal correctionnel de Toulon, dans le Var. Il lui était reproché des violences ainsi qu’une agression sexuelle, commis le 21 septembre dernier, sur une jeune fille fragile psychologiquement qu’il avait rencontrée peu avant. Jouant la carte du malade psychiatrique, l’homme a réussi à s’en tirer avec une peine de 3 ans de prison.

Mercredi 30 septembre, le tribunal correctionnel de Toulon, dans le Var, jugeait un “jeune” de 20 ans, Mohamed L., lors d’une procédure de comparution immédiate.

Le prévenu, déjà en détention, comparaissait pour des violences et une agression sexuelle commis le 21 septembre dernier au préjudice d’une jeune femme, à la Seyne-sur-Mer.

Mohamed avait rencontré la victime quelques jours avant les faits et ce soir là, il l’aurait violement battue et aurait tenté de la violer au domicile de cette dernière.

La malheureuse, qui a été décrite par le procureur comme une personne “fragile” psychologiquement et une “proie facile“, s’est vue attribuer 10 jours d’ITT pour ses blessures dont des lésions au niveau des organes génitaux.

Pour sa défense, le maghrébin a prétendu avoir été agressé par la jeune femme et a affirmé qu’elle aurait été consentante lors d’un rapport sexuel précédent.

Son avocat, lui, a plaidé le trouble psychotique dont serait atteint son client et a déclaré que son discernement aurait été altéré sinon aboli durant les faits.

Cette défense a du plaire à la cour qui n’a condamné Mohamed L. qu’à une peine de 3 ans de prison alors que le ministère public réclamait quatre ans. L’homme est retourné en détention.

Avant de quitter l’audience, Mohamed a crié aux juges qu’il ne supporterait pas une si longue peine et a laissé entendre qu’il pourrait mettre fin à ses jours…

Chiche!” pourraient avoir envie de dire certains esprits rebelles, écœurés par le laxisme judiciaire imposé par une magistrature inféodée au plus ignoble des gauchismes.

Source: Var Matin/ Ouest-France

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici