C’est officiel! Amy Coney Barrett est la candidate de Donald Trump à la Cour suprême

Amy Coney Barrett / Photo: Twitter
Amy Coney Barrett / Photo: Twitter

La prédiction que FL24 vous a faite récemment s’est avérée exacte: le président américain Donald Trump a annoncé samedi qu’il avait choisi la juge Amy Coney Barrett comme candidate à la Cour suprême pour remplacer Ruth Barber Ginsburg, décédée ce mois-ci. Désormais, c’est au Sénat de confirmer cette nomination avant l’élection présidentielle du 3 novembre.

Amy Coney Barrett, âgée de 48 ans, fervente catholique, préside depuis 2017 la cour d’appel du 7e circuit basée à Chicago. Elle est apparue au côté de Donald Trump dans les jardins de la Maison- blanche lorsque le président républicain a effectué l’annonce.

Aujourd’hui c’est mon honneur de nommer à la Cour suprême l’une des juristes les plus brillantes et douées de notre nation“, a dit Trump, avant d’ajouter en se tournant vers Barrett: “Vous êtes éminemment qualifiée pour ce poste“.

Si sa nomination, à vie, est confirmée par le Sénat, Barrett deviendra la cinquième femme à servir la plus haute juridiction des États-Unis. Le Sénat devrait débuter les auditions de confirmation d’Amy Coney Barrett le 12 octobre, devant la commission des Affaires judiciaires du Sénat, présidée par le républicain Lindsey Graham.

S’exprimant devant les journalistes, Amy Coney Barrett a promis d’épouser la ligne du défunt Antonin Scalia, réputé conservateur. Elle a aussi lancé une fleur à la défunte Ruth Bader Ginsburg. “Sa philosophie est aussi la mienne: un juge doit appliquer la loi telle qu’elle est écrite. Les juges ne décident pas de la politique“, a dit Barrett.

Une formule de politesse sans aucun rapport avec les faits, car s’il y a bien l’exemple d’un juge partial et aveuglé idéologiquement, qui a poussé les États-Unis dans la spirale progressiste, c’est bien Ruth Bader Ginsburg.

Les démocrates ont de nouveau tenté un chantage moral envers le Président et la majorité républicaine au Sénat. Joe Biden, le candidat démocrate à l’élection présidentielle, a appelé à ce que le choix du remplaçant soit effectué par le vainqueur du scrutin du 3 novembre, alors qu’il n’y a aucune raison constitutionnelle pour le justifier.

Avec cette nomination, la majorité conservatrice à la Cour suprême serait portée à six juges contre trois, une bascule qui pourrait permettre à l’Amérique traditionnelle de sauver quelques meubles face à la déferlante gauchiste, qui s’accélère d’année en année.

Les lecteurs de FL24 peuvent trouver un portrait détaillé d’Amy Coney Barrett ICI

Source: AP/ Reuters/ Twitter

Qui est Amy Coney Barrett, la carte maîtresse de Trump pour changer la Cour suprême dans le bon sens?

1 COMMENTAIRE

  1. […] Hawley a ensuite envoyé une lettre similaire au PDG de Twitter, Jack Dorsey, fustigeant la société pour ce qu’il a qualifié d'”intervention inhabituelle qui n’est pas universellement appliquée à tous les contenus“. Il est évident que Twitter ne prend pas la peine de supprimer, censurer ou restreindre toutes ses tonnes de boue et de mensonges déversées quotidiennement sur Donald Trump ou sur Amy Coney Barrett. […]

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici