En Seine-et-Marne, 87 infractions relevées pendant le cortège d’un mariage algérien! La cérémonie annulée par le maire

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Samedi dernier, le maire de Chelles a été obligé d’annuler un mariage entre immigrés d’origine algérienne et issus des quartiers sensibles de sa commune. En effet, les participants au cortège se rendant à la mairie ont commis pas moins de 87 infractions au code de la route sur le trajet! Ces comportements contrevenant à la charte de bonne conduite signée par les futurs époux, le mariage n’a pas été célébré. Bien évidemment, les fiancés crient au racisme.

Samedi 12 septembre, Brice Rabaste, le maire (Les Républicains) de Chelles, en Seine-et-Marne, devait célébrer le mariage de deux “jeunes” d’origine algérienne qui ont grandi dans deux quartiers sensibles de sa commune.

Mais alors que l’édile attendait les futurs époux et leurs invités, il a été avisé par sa police municipale que les participants au convoi devant rejoindre la mairie se livrait à un véritable rodéo dans les rues de la ville.

En effet, le cortège, parti du quartier d’origine du futur époux, le quartier de Noue-Brossard, pour rejoindre celui des Coudreaux, dont est issue la future mariée, et filant sur la mairie, a multiplié volontairement les infractions au code de la route, créant le chaos dans les rues de la commune.

Grace au système de vidéosurveillance installé par la municipalité, pas moins de 87 procès-verbaux ont été dressés pour un montant de 7865 euros et entraînant la perte de 54 points de permis!

Le maire, constatant que les fiancés et leurs invités ne respectaient pas la charte de bonne conduite qu’ils avaient pourtant précédemment signée en mairie, a donc annulé la cérémonie au grand dam des futurs époux.

Interrogée par Le Parisien, Rahma, la future mariée, n’a pas manqué de se présenter en victime et en “bouc émissaire” et elle a bien évidemment évoqué les origines algériennes de sa famille et de celles de son fiancé pour accuser le maire de racisme.

Source: Le Parisien/ Ouest-France/ La Marne

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici