Cinq clandestins arrêtés pour avoir mis le feu au camp de Moria afin de forcer leur entrée en Europe

Moria en feu / Photo: Twitter
Moria en feu / Photo: Twitter

Ce mardi, cinq clandestins ont été arrêtés dans l’enquête sur l’incendie criminel du camp de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, et un sixième suspect identifié est en fuite, a précisé le ministre grec de la Protection civile, Michalis Chrysohoidis.

Cité par l’agence grecque ANA, le ministre estime que “ces arrestations discréditent le scénario” selon lequel des “extrémistes” auraient mis le feu au camp d’immigrés, le plus grand d’Europe, dans la nuit du 8 au 9 septembre, laissant plus de 12 000 clandestins sans abri.

La situation est explosive sur l’île de Lesbos, qui abritait le camp ravagé par les flammes, et la population en colère s’est insurgée contre la reconstruction de ce camp sordide dont la capacité d’accueil était continuellement saturée par les vagues migratoires incessantes.

Depuis la nouvelle, plusieurs pays d’Europe ont cédé au chantage et annoncé prendre en charge aux frais de leurs contribuables plusieurs centaines d’immigrés. La France s’est engagée notamment à accueillir des “mineurs isolés”.

L’essentiel des clandestins continuent leur forcing en affrontant les forces de l’ordre locales afin d’obtenir satisfaction, par la force. Il s’agit d’un avant-goût des intentions hostiles qui les animent dans leur volonté de s’imposer en Europe.

Source: AFP

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici