Les Chinois s’offrent les hommes politiques français: Le Guen remplace Borloo chez Huawei

Jean-Marie Le Guen / Photo: Facebook
Jean-Marie Le Guen / Photo: Facebook

La filiale français du groupe chinois d’équipements télécom Huawei a annoncé dimanche la nomination de Jean-Marie Le Guen à son conseil d’administration. Huawei est souvent accusé de servir les intérêts du gouvernement communiste chinois en matière de récolte de données sensibles et mal vue, voire sanctionnée par plusieurs pays occidentaux.

Médecin de formation, l’ancien député et ministre socialiste Jean-Marie Le Guen, succède à Jean-Louis Borloo, ancien ministre centriste, qui a renoncé à son mandat en mai dernier.

Nous sommes très enthousiastes et souhaitons la bienvenue à Jean-Marie Le Guen au sein de notre conseil d’administration. Son expérience et sa vision seront un atout précieux pour notre groupe“, a souligné dans un communiqué Weiliang Shi, Président de Huawei France.

Je suis heureux de rejoindre le conseil d’administration de Huawei France et de contribuer à renforcer le partenariat entre Huawei et la France, tant sur les plans économique, technologique et social. J’ai une profonde admiration envers cette entreprise qui est leader mondial en matière de technologies des télécoms“, a déclaré pour sa part Jean-Marie Le Guen, en découvrant dans son âme socialiste un soudain attrait pour le grand capital mondialiste.

Cet ancien secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement dans les gouvernements Valls I et II, puis secrétaire d’État chargé du Développement et de la Francophonie dans le gouvernement Cazeneuve, est un habitué des emplois louches, de la MNEF au Quatar.

En 1998, il est mis en examen dans le cadre de l’affaire de la MNEF pour un présumé emploi fictif dans cette structure. Les juges lui reprochent près de 1,5 million de francs perçus sans contrepartie. En outre, une autre mutuelle créée par la MNEF lui aurait versé 330 000 francs de 1994 à 1996.

En , les journalistes Georges Malbrunot du Figaro et Christian Chesnot de France Inter affirment dans leur ouvrage Nos très chers émirs que Jean-Marie Le Guen entretiendrait des relations déplacées avec le gouvernement du Qatar. Selon le témoignage d’un membre du gouvernement qatari, Jean-Marie Le Guen disait: “En tant que ministre chargé des Relations avec le Parlement, je tiens tous les députés et sénateurs de mon camp, via les questions au gouvernement. Je peux bloquer des questions hostiles au Qatar ou au contraire les alimenter. Mais je n’ai pas à le faire gratuitement.

Cette décision de recruter de nouveau comme administrateur un ancien ministre français intervient alors que les États-Unis font pression sur les Européens pour bannir Huawei, soupçonné par Washington d’utiliser ses équipements à des fins d’espionnage — ce que le groupe et Pékin démentent.

Source: Reuters

Boum! L’effroyable vérité sur la puissance chinoise: Les secrets les plus cachés de la Chine

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici