Les Grecs en ont ras-le-bol! Les habitants de Lesbos bloquent la reconstruction du camp de Moria

Moria en feu / Photo: Twitter
Moria en feu / Photo: Twitter

Les habitants de l’île de Lesbos ont dressé des barrages routiers pour empêcher la reconstruction du tristement célèbre camp de migrants de Moria qui a brûlé au début de cette semaine, incendié par les immigrés clandestins eux-mêmes.

Les résidents, excédés par les exactions de leurs voisins forcés, veulent empêcher les autorités et les ONG gauchistes de reconstruir le camp. Ils demandent que ses “pensionnaires”, qui sont quand même plus de 12 000, soient déplacés ailleurs.

L’atmosphère sur l’île est tendue depuis l’incendie. Les immigrés, privés de logements, se sont éparpillés sur l’île pour installer des campments de fortune un peu n’importe où, y compris dans un cimetière.

Depuis cinq ans maintenant, toute l’île souffre“, s’est plaignent les habitans dans les médias grecs. Ils ont ajouté : “Nous avons atteint nos limites. Est-ce que quelqu’un pense à nous et à nos biens détruits? Nous protestons. Nous ne voulons pas que ce camp soit reconstruit“.

Le ministère grec de la migration et de l’asile a répondu en disant que tous les migrants seraient logés dans la journée et a ajouté que “le chantage ne sera pas toléré”.

Alors que les habitants veulent que les migrants quittent l’île, un ferry amenagé pour loger 1000 migrants a également été bloqué par les habitants de Lesbos jeudi au port de Sigri.

Le maire de la ville de Mytilene soutient les actions des résidents, en déclarant qu’il ferait pression pour que le camp de migrants de Lesbos soit entièrement démantelé.

Le porte-parole du gouvernement grec, Stelios Petsas, a quant à lui déclaré que seuls les migrants mineurs seraient évacués de Lesbos après l’incendie et a accusé les migrants d’avoir allumé les feux qui ont détruit le camp.

Ils pensaient que s’ils mettaient le feu à la Moria, ils quitteraient l’île. Quoi que ceux qui ont mis le feu aient eu en tête, ils peuvent l’oublier“, a-t-il déclaré.

Le ministre grec de l’immigration, Notis Mitarachi, a également accusé les immigrés d’être responsables des incendies, tandis que les médias grecs ont rapporté que des clandestins avaient attaqué des pompiers.

Source: Kathimerini/ Greek Reporter

4 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici