VIDEO. Le gigantesque camp Moria en feu! 12 000 immigrés évacués. L’ombre de la Turquie?

Moria en feu / Photo: Twitter
Moria en feu / Photo: Twitter

Le tristement célèbre camp de Moria regroupant quelque 12 000 immigrés clandestins sur l’île de Lesbos, en Grèce, pose encore des problèmes. Un incendie s’est déclaré dans le camp, a déclaré un responsable des sapeurs-pompiers mercredi.

Un responsable de la police locale a déclaré que “les migrants avaient été mis en sécurité”. Certaines personnes en ont profité pour quitter le camp en emportant leurs effets personnels.

Le camp de réfugiés de Moria abrite plus de 12 000 immigrés clandestins qui tentent de rejoindre l’Europe depuis la Turquie, plus de quatre fois sa capacité d’accueil. Il a été un foyer important de l’insécurité et la cause des souffrances de la population locale.

Il a été régulièrement critiqué par les organisations humanitaires, les mêmes qui encouragent l’immigration clandestine, mais qui dénoncent les conditions sanitaires et se servent de cet argument pour réclamer le transfert de clandestins sur le continent (d’où ils pourraient plus facilement s’évader pour tenter de rejoindre la France ou l’Allemagne).

La semaine dernière, le camp a été placé en quarantaine après qu’un résident a été testé positif au nouveau coronavirus. Le nombre d’infections a depuis grimpé à 35 cas.

Selon les autorités, la cause de l’incendie est encore inconnue, mais les spéculations sur les réseaux sociaux vont bon train. Des témoins parlent d’un départ de feu simultané à différents endroits. Les agences d’information affirment que la majorité des réfugiés ont quitté le camp avec leurs affaires, “emballées et prêtes”, ajoutent des témoins.

Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent des immigrés chantant “Brûle, Moria brûle”.

Les médias d’État turcs, dont le pays, ennemi de la Grèce et de l’Europe, joue depuis des années la carte de la politique migratoire en guise de chantage, sont déjà sur le coup et commentent largement l’événement.

Le Premier ministre grec a convoqué d’urgence une réunion extraordinaire du gouvernement à laquelle a été également convié le chef des forces armées grecques.

Désormais, avec 12 000 personnes dans la nature, le gouvernement grec sera obligé d’envisager un transfert sur le continent, ce qui correspond aux objectifs des ONG gauchistes et contribue à la déstabilisation du pays en plein conflit larvé avec la Turquie sur la mer Méditerranée.

Source: Reuters/ Twitter/ Greek Reporter

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici