Des centaines de teufeurs envahissent un village de la Creuse et la gendarmerie ferme les yeux

Image d'illustration / Photo: DR
Image d'illustration / Photo: DR

Depuis ce matin, plusieurs centaines de fêtards ont envahi Feniers, un village perdu la Creuse, afin de participer à une rave-party. D’ordinaire si intransigeants sur les règles sanitaires, les autorités ferment les yeux sur l’occupation illégale et renonce à procéder à l’expulsion des indésirables. Et ce n’est pas la première fois.

En fin de journée, entre 400 et 500 teufeurs, pour la plupart arrivés dans la nuit, se trouvaient toujours sur un terrain militaire de cette commune située dans le sud de la Creuse, non loin du camp militaire de la Courtine, un des plus grands de France.

Dans la matinée, la préfecture avait pris deux arrêtés pour interdire ce week-end, au vu du “contexte sanitaire actuel”, les “rassemblements festifs à caractère musical” alors qu’elle craignait une affluence massive, avec la venue de 2 000 à 2500 personnes jusqu’à lundi.

Une décision parfaitement stérile comme en témoigne la situation, et qui ne trahit que de l’impuissance de la préfecture, ou plutôt de sa lâcheté à faire respecter sa propre autorité.

“Il n’y aura pas d’évacuation, mais les forces de l’ordre font de la dissuasion”, ose Albert Holl, directeur de cabinet de la préfecture de la Creuse. “Les gendarmes procèdent à des verbalisations et des interpellations pour que cette manifestation illégale s’arrête le plus rapidement possible”, tient-il à rassurer pour faire oublier l’absence d’expulsion.

Incapable de dégager manu militari les envahisseurs, la gendarmerie a dépêché 200 gendarmes, appuyés par un hélicoptère, dans un rayon de 10 km autour du site pour seulement empêcher l’arrivée d’autres fêtards et de camions amenant des sonos.

Selon la préfecture, la Croix-Rouge et les sapeurs pompiers sont sur place pour “encourager les festivaliers à respecter les gestes barrières et la distanciation”. Plusieurs préfectures ont pris cet été des arrêtés similaires, mais si c’est pour ne pas les faire respecter comme le préfet de la Creuse, ça ne sert qu’à brasser du vent.

Source: AFP

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici