Nouvelles émeutes antiracistes: Trump appelle les racailles par leur nom

Donald Trump / Photo: Wikimédia Commons
Donald Trump / Photo: Wikimédia Commons

Les émeutes antiracistes reprennent de plus belle aux États-Unis. Dans le Wisconsin tout particulièrement, où deux policiers ont été filmés en train de tirer sept balles dans le dos d’un noir, Jacob Blake. La foule de gauche a répondu en mettant à feu et à sang les rues de Kenosha, la ville de la victime.

Donald Trump ne se laisse pas impressionner, et il contre-attaque à son tour, en montrant du doigt les émeutiers.

Rappelons les faits. Les agences de presse décrivent un événement confus. “Une vidéo filmée par un témoin montre Blake marcher vers le côté conducteur d’un SUV gris, suivi par deux officiers de police pointant leurs armes dans son dos. Sept coups de feu sont entendus lorsque Blake, qui semble être non armé, ouvre la portière avant du véhicule. On ignore si les officiers ont vu quelque chose à l’intérieur du véhicule qui pourrait expliquer leur geste et si un seul ou les deux policiers ont fait usage de leurs armes.”

Des faits qui restent très flous pour le moment, donc. Mais, filmés par des amateurs et devenus viraux sur les réseaux sociaux, ils sont suffisants pour jeter de l’huile sur le feu des émeutes antiracistes qui agitent durement les États-Unis depuis des mois, et viennent aggraver la crise sanitaire et économique du coronavirus.

Trump en a assez que toute bavure supposée, et en aucun cas démontrée, soit pour les racailles, les gauchistes et les pillards de l’antiracisme new look l’occasion d’aggraver encore la situation du pays. Il a twitté: “Il est temps de cesser d’appeler ces anarchistes et ces agitateurs des “manifestants pacifiques. Revenons au monde réel!”

Ce monde réel que déteste la gauche mondiale, et que dissimule frénétiquement la macronie quand elle parle d'”incivilités” commises par des “jeunes” au sujet des innombrables actes ultra-violents qui ont saccagé les vacances des Français.

Oui, il est temps de revenir au monde réel, celui qui ose condamner les racailles, en commençant par les appeler par leur nom, en dénonçant leurs arrières-pensées politiques, puis en les punissant pour leurs actes barbares. L’Amérique va mal, mais elle a un Président attaché à la vérité la plus brute. La France ne peut pas en dire autant.

Sources: Twitter, France24

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici