Erdogan menace ouvertement d’attaquer la Grèce et l’UE continue son blabla dans le vide

Erdogan en colère/DR
Erdogan en colère/DR

“Désormais, c’est la Grèce qui sera responsable du moindre souci qui pourrait arriver dans la région. (…) La Turquie ne fera pas le moindre pas en arrière”, a menacé lundi 24 août le dictateur islamiste, assumant son impérialisme agressif contre son faible voisin, complètement abandonné par l’Union européenne.

Dans une inversion accusatoire vertigineuse, Recep Tayyip Erdogan a accusé la Grèce de “mettre en péril” les navires se trouvant dans la région. “La Grèce n’a pas un tel droit”, a-t-il osé, furieux après l’annonce d’exercices militaires faits par Athènes, qui ne compte pas se laisser attaquer sans se défendre.

Loin de se ranger à la raison devant cet avertissement grec, et malgré le renforcement de la présence militaire française en Méditerranée orientale, la Turquie aggrave sa pression en annonçant la tenue “d’exercices militaires de transition” avec le renfort de “navires turcs et alliés” ce mardi au sud de l’île de Crète, selon le ministère turc de la Défense.

Alors que la Turquie a prolongé dimanche la présence de son navire de pillage dans les parages, l’UE continue de prendre la situation à la légère. Apeurée par Erdogan, elle se contente de déblatérer pour ne rien faire, ou plus exactement pour laisser faire, dans une lâcheté aussi indigne que celle des accords de Munich en 1938.

La situation extrêmement tendue pourrait exploser à tout moment, la semaine dernière un navire grec et un navire turc sont entrés en collision dans les eaux grecques où la Turquie a déployé des bâtiments de guerre, selon une source militaire grecque.

Source: AFP

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici