En possession de stupéfiants, il fonce volontairement à scooter sur un policier

Photo: DR

L’attaque a eu lieu vendredi à Cébazat, dans le Puy-de-Dôme. Le pilote d’un scooter aurait volontairement foncé sur un agent de surveillance de la voie publique. Le maire de Cébazat témoigne.

Flavien Neuvy, le maire UDI de cette commune de 8600 habitants située près de Clermont-Ferrand, est encore sous le choc. Il raconte l’agression au micro de France 3:

En milieu d’après-midi, un scooter a attiré l’attention de la police municipale par son comportement au volant et les infractions au code de la route. Les policiers ont voulu le verbaliser. Ce scooter s’est réfugié dans une impasse. Un agent de surveillance de la voie publique (ASVP) était en patrouille à pied et s’est présenté devant l’impasse. Le scooter a démarré et lui a foncé dessus”.

Le pilote du scooter a réussi à prendre la fuite, mais il a finalement été interpellé par la police nationale dans la nuit de vendredi à samedi, et placé en garde à vue au commissariat de Clermont-Ferrand. L’agent municipal s’est quant à lui vu notifier 7 jours d’ITT pour une blessure au bras.

“Cette agression est choquante”, continue le maire. “L’agresseur n’est visiblement pas inconnu des services de police. Il y avait des stupéfiants dans le scooter. Qu’on soit gendarme, qu’on soit policier municipal ou ASVP, cet uniforme incarne le respect des règles et de l’ordre”.

“Un agent municipal, policer ou ASVP, c’est aussi une cible pour les délinquants et les trafiquants. Ils ne font pas la différence. Il est incroyable qu’aujourd’hui on ait un individu qui délibérément décide de foncer sur un agent. C’est hyper choquant. On n’est pas passé loin de la catastrophe”, s’insurge Flavien Neuvy.

Il dit attendre “une réponse ferme de la justice“, soutenant que “quand ceux qui représentent l’autorité publique, comme les maires, les policiers, sont agressés, il faut que la réponse pénale soit ferme. Car ils incarnent l’autorité. Si la réponse pénale n’est pas ferme, derrière ça donne le sentiment qu’il n’y a plus d’autorité”. Connaissant l’état de notre justice, c’est faire preuve d’un grand optimisme…

Source: France 3

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici