VIDEO. “Il y a moins de violence dans la société.” L’hallucinant sketch d’un sociologue sur BFMTV

“Il n’y a pas plus de violences interpersonnelles dans la société d’aujourd’hui par rapport à celle d’il y a 20 ou 30 ans, y’en a même grosso modo moins” a osé déclarer le sociologue Laurent Mucchieli sur BFMTV, qui s’est lancé dans un véritable one man show, professant mensonge sur mensonge. Délirant!

S’inscrivant dans la grande tradition du socialisme, Laurent Mucchieli, est le digne héritier de Lyssenko, ce scientifique soviétique qui falsifiait ses recherches pour qu’ils correspondent à son idéologie. Le but est de se servir de la crédibilité scientifique, qui fait autorité afin d’imposer son idéologie par le biais de mensonges.

Fonctionnaire au CNRS, ce socialiste, menteur professionnel, est depuis longtemps coutumier de cette pratique souvent utilisée chez les pseudo-scientifiques du pouvoir. En payant leurs impôts, les Français subventionnent ainsi directement leur propre désinformation. Raison de plus pour en payer le moins possible.

Ce sociologue s’acharne depuis des décennies à mentir à la France, au mépris de la réalité des faits établis par les criminologues et les chiffres officiels du ministère de l’Intérieur. Son malfaisant combat idéologique le fait nier les évidences les plus flagrantes sur la violence: “Cette idée que ça explose de partout: c’est faux!”

Devant tant de bêtises, c’est bien souvent l’hilarité qui s’exprime, avant que le sourire ne s’efface lorsque l’on pense à la gravité de la situation, à la réalité de cette violence quotidienne qui frappe les Français, et leur accoutumance à la barbarie.

Par ses mensonges ce lyssenkiste met en danger les gens les plus crédules de notre société qui goberaient ses mensonges subventionnés, ce qui les inciteraient à une imprudence mortelle. Ces mensonges ne sont pas sans conséquences, ils sont dangereux, et il s’impose de les combattre.

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici