En Biélorussie, le tyran Loukachenko fait tirer à balles réelles sur la foule

Loukachenko
Photo / Wikipédia

Loukachenko, l’effrayant tyran qui règne sur la Biélorussie, s’est fait élire pour la sixième fois d’affilée en truquant allègrement le scrutin : le résultat, plus de 80% des votes exprimés en sa faveur, ne laisse planer aucun doute. Un résultat qui a scandalisé le peuple biélorusse. Et Loukachenko, pour briser les tentations de manifester contre cette fausse élection, a décidé de passer en mode stalinien: il réprime le plus fort possible, le plus vite possible.

Les informations, en provenance de Biélorussie, depuis ce week-end, sont inquiétantes.

Au moins 6 700 personnes ont été interpellées depuis l’annonce du résultat de l’élection. Plus de mille par jour! Et Loukachenko ne se contente pas de faire peur: il tire sur les partisans de la vraie démocratie, celle qui ne truque pas les scrutins.

“Mercredi soir, les autorités biélorusses ont confirmé la mort d’une personne en détention, arrêtée durant la contestation, un décès qui s’ajoute à celui d’un manifestant lundi. Elles ont aussi reconnu un incident au cours duquel des balles réelles ont été tirées mardi, blessant une personne à Brest, dans l’ouest du pays”, explique Le Monde. Loukachenko est disposé à faire couler le sang. Jusqu’où ira-t-il?

De son côté, le peuple semble prêt au bras-de-fer contre le tyran. “Des nouvelles manifestations s’organisaient néanmoins jeudi pour dénoncer la victoire de l’homme à poigne de Biélorussie. Dans la matinée, dans plusieurs villes du pays et notamment à Minsk, des dizaines de personnes sortaient pour le deuxième jour consécutif en ordre dispersé pour constituer d’éphémères chaînes humaines pacifiques, fleurs à la main, une forme de contestation qui a été moins violemment réprimée que les manifestations nocturnes. Ces chaînes sont majoritairement constituées de femmes, vêtues le plus souvent de blanc.” Comme à Hong Kong, les manifestants biélorusses ont compris que plus l’opposition est pacifique, plus elle est difficile à réprimer.

Le reste du monde réagit… mais très mollement, comme d’habitude. “Les États-Unis et l’UE ont dénoncé les fraudes électorales et la répression, les Européens menaçant Minsk de sanctions. L’Ukraine voisine a pour sa part appelé ses ressortissants à éviter de se rendre en Biélorussie, et réclamé la libération “immédiate” de deux défenseurs ukrainiens des droits de l’homme qui ont été incarcérés.”

Seules la Pologne et l’Ukraine, voisines de la Biélorussie, et grandes connaisseuses de la résistance à l’influence russe, semblent disposées à dénoncer clairement les délires de Loukachenko, le serviteur de l’ambition impériale de Vladimir Poutine. Emmanuel Macron, de son côté, se contente de se dire “préoccupé”. Venant d’un homme à la lâcheté proverbiale, cette réaction est logique.

Source: Le Monde

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici