“L’Occident doit tenir tête à l’impérialisme turc” Quelle solution pour neutraliser la menace?

Erdogan dans une rage folle/DR
Erdogan dans une rage folle/DR

Dans une tribune dans Le Figaro, Charles de Meyer et Benjamin Blanchard, respectivement président et directeur général de SOS Chrétiens d’Orient, alertent sur le danger de l’impérialisme turc et appellent les pays occidentaux à se montrer fort face à Erdogan.

“La Turquie multiplie aujourd’hui les actions et les violations de territoire afin de renforcer son influence sur ses anciennes conquêtes ottomanes. Simultanément, Ankara jette de l’huile sur le feu du conflit syrien afin de liquider les populations kurdes sous prétexte de lutte contre les groupes armés du PKK, dissimulant mal sa volonté d’annexer le nord-est du pays.

Pire, le gouvernement turc n’hésite pas à soutenir des groupes terroristes islamistes en Syrie; ou un groupe extrémiste et ultra-nationaliste comme “les Loups gris”, en Europe. Et la Turquie s’ingère en Libye pour maîtriser les flux de pétrole.

[…] En ce 10 août 2020, centenaire du traité de Sèvres qui a consacré le démantèlement de l’Empire ottoman, peut-être serait-il bon de s’appuyer sur le droit international et sur l’histoire afin de juguler un impérialisme turc de plus en plus belliqueux. […]

Le traité de Sèvres prévoyait notamment la création d’un Kurdistan autonome; il imposait surtout, sous contrôle international, la démilitarisation ottomane des détroits de la mer Égée à la mer Noire, ce qui semble plus pressant que jamais au vu de l’agression de la frégate française Courbet, par une frégate turque, au mois de juin, en Méditerranée.

Le traité de Sèvres ne put jamais être appliqué. L’Europe pansait ses blessures et Kemal avait alors pris la tête d’une armée pour renverser le Sultan, chasser les armées alliées et combattre l’armée grecque afin de piétiner le traité, qui a finalement été remplacé par le traité de Lausanne le 24 juillet 1923, consacrant la grande Turquie et la finalisation de l’épuration des chrétiens de Turquie, notamment grecs.

Le grave incident survenu dans le cadre d’une patrouille entre deux alliés membres de l’OTAN, illustre à quel point le retour à certaines des stipulations du Traité de Sèvres est urgent pour tenir tête à la Turquie, acteur géopolitique toxique qui aggrave dangereusement l’instabilité de la région et du monde.

L’honneur de notre pays, la France, est en jeu. Et par un destin mystérieux, il correspond encore à la défense du sort des chrétiens victimes des rêves ottomans”.

Source: Le Figaro

4 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici