Une catastrophe écologique! L’île Maurice dévastée par le pétrole d’un navire échoué

Photo: DR

Le 25 juillet, le MV Wakashio, un vraquier, s’est échoué sur le récif de la Pointe d’Esny, au sud-est de l’île Maurice, dans l’Océan Indien. Mauvaise nouvelle: depuis le début de cette semaine, des hydrocarbures s’échappent d’une brèche dans la coque du navire.

Jeudi matin encore, avant la publication d’un communiqué du ministère de l’Environnement, les autorités minimisaient le problème. Le directeur des affaires maritimes assurait par exemple dans les médias mauriciens que “le Wakashio ne peut pas couler“.

Mais ce jeudi, le ministère mauricien de l’Environnement a indiqué dans un communiqué avoir été informé de l’existence d’une “fissure dans le navire MV Wakashio” et d’une “fuite d’hydrocarbures“.

Il a donc demandé à la population d’éviter les plages et les lagons du secteur. Une coulée noire s’échappant du vraquier échoué était visible jeudi, après qu’il eut commencé à prendre l’eau et à s’affaisser sur l’arrière.

Le bateau appartient à un armateur japonais mais il navigue sous pavillon panaméen. Selon la presse locale, il voyageait à vide mais transportait tout de même 200 tonnes de diesel et 3800 tonnes d’huile lourde.

D’après les ministres mauriciens de la pêche et de l’environnement, toutes les tentatives pour stabiliser le navire ont échoué à cause des mauvaises conditions en mer, et les efforts pour pomper les hydrocarbures se sont également révélés infructueux jusqu’alors.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a mis en alerte les autorités de son pays et demandé l’aide de la France, qui dispose d’équipements et de professionnels mieux formés sur l’île de La Réunion, à quelque 200 km de Maurice.

Nous déployons dès à présent des équipes et du matériel depuis La Réunion“, a tweeté en réponse Emmanuel Macron qui en a profité, jamais en retard d’une posture écologique vertueuse, pour proclamer que “lorsque la biodiversité est en péril, il y a urgence d’agir“.

La France est là. Aux côtés du peuple mauricien“, a-t-il renchéri. Dès samedi, un avion tactique de transport militaire Casa CN-235 transportant du matériel du matériel de lutte contre la pollution effectuera ainsi deux rotations à destination de Maurice.

Un officier de liaison de la Marine nationale et le correspondant de la lutte contre une pollution maritime par hydrocarbures (Polmar) de La Réunion seront également présents à bord, afin d’apporter leur expertise technique et opérationnelle aux autorités mauriciennes“, a précisé la préfecture de la zone de défense et de sécurité du sud de l’océan indien.

Source: JDD

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici