Après l’explosion dans le port de Beyrouth, la colère populaire gronde contre la classe politique corrompue

Un opposant au gouvernement brandit le drapeau libanais/DR
Un opposant au gouvernement brandit le drapeau libanais/DR

Le Liban déjà frappé plein fouet par la plus grande crise économique de son histoire, est plongé dans le chaos après l’énorme double explosion meurtrière dans le port de Beyrouth mardi, devenue le symbole de l’incompétence et de la corruption de la classe politique. La colère du peuple gronde contre l’Etat.

Les forces de l’ordre ont utilisé hier soir des gaz lacrymogènes pour disperser des dizaines de manifestants furieux qui se soulevaient contre leurs dirigeants.

La protestation a tourné à l’émeute, les révoltés ont vandalisé des magasins et jeté des pierres sur les policiers dans le quartier du parlement, selon l’Agence nationale de l’information, qui précise que la riposte policière a blessé plusieurs manifestants. Ces violences explosent à l’avant-veille d’une grande manifestation anti-gouvernementale.

Provoquée mardi par un incendie dans l’entrepôt où étaient stockées depuis six ans 2750 tonnes de nitrate d’ammonium au port de Beyrouth, l’énorme déflagration a fait au moins 149 morts et 5000 blessés, sans oublier les dizaines de disparus et les centaines de milliers de sans-abri.

Les autorités du port, services des douanes et certains services de sécurité étaient tous au courant que des matières chimiques dangereuses étaient entreposées là n’importe comment, mais ils se sont rejeté mutuellement la responsabilité.

Source: AFP

Le gouverneur de Beyrouth compare l’explosion à Hiroshima: 300 000 personnes sans-abri

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici