Ensauvagement: encore un maire de petit village agressé après avoir demandé que cesse le bruit

Image d'illustration/Orange Mécanique
Image d'illustration/Orange Mécanique

Philippe Becheau, le maire d’un petit village de Gironde a été victime d’une agression mardi soir par les membres d’une bande de racailles qui troublait le voisinage avec ses nuisances sonores. Pour leur avoir demandé le respect et la tranquillité, il a été frappé par un des fauteurs de troubles.

Vers 22h30, le maire de Saint-Philippe d’Aiguille, une commune de quelque 400 habitants à l’est de Libourne, a été alerté par des voisins se plaignant de tapage nocturne sur la place du village, d’un groupe de racailles qui troublait le calme et la sérénité en diffusant de la musique trop forte.

Philippe Becheau, après avoir annoncé sa qualité de maire, a demandé au groupe de réduire le volume, ce qui a été fait. Mais, alors qu’il repartait, un homme, “a priori fortement alcoolisé”, est venu porter des coups contre l’édile. La bande s’est ensuite enfuie. La victime se trouvait mercredi matin chez les gendarmes pour porter plainte.

Le ministre de l’Intérieur a condamné “avec la plus grande fermeté ces violences contre un élu de la République. Agresser un maire, c’est s’attaquer à la République”, a-t-il répété sur Twitter. Les mêmes mots d’impuissance, sans conséquences, qu’il avait prononcés après l’agression similaire du maire d’un paisible village par une bande de voyous le 27 juillet.

Dépeintes comme des “incivilités” par Emmanuel Macron, ces agressions qui parviennent jusque dans les villages les plus tranquilles, témoignent de la véritable pandémie qui frappe la France: celle de la violence, où la nuisance devient désormais la règle pour les derniers Gaulois qui en étaient encore préservés.

Source: AFP

4 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici