Une opération commando djihadiste contre une prison en Afghanistan: 300 détenus dans la nature

Des talibans en Afghanistan/DR
Des talibans en Afghanistan/DR

Des combats continuaient d’opposer lundi des combattants de l’État islamique et les membres des forces de sécurité afghanes dans une prison de Jalalabad, à environ 130 km à l’est de Kaboul, après une nuit d’affrontements qui a fait au moins 29 morts et entraîné de nombreuses évasions.

Plus de 300 détenus restent introuvables, a déclaré le porte-parole du gouverneur de la province de Nangarhar.

Sur les 1793 prisonniers que comptait l’établissement pénitentiaire, un millier ayant réussi à s’évader ont été rattrapés, 430 autres n’ont pas bougé de leurs cellules. “Les autres sont portés manquants“, a-t-il dit.

L’attaque a commencé dimanche soir par l’explosion d’une voiture piégée à l’entrée de la prison, suivie de nombreuses autres explosions pendant que des tireurs islamistes ouvraient le feu contre les gardes.

Un commando composé d’une trentaine de combattants de l’EI ont participé à cet assaut contre la prison qui regroupe des criminels de droit commun, des talibans et des combattants djihadistes.

Trois assaillants ont été tués au cours de l’attaque et pendant les combats de la nuit, au cours desquels 21 civils et membres des forces de sécurité ont été tués et 43 autres blessés.

Des membres des forces spéciales afghanes sont venus en renfort et l’évacuation des civils était en cours dans les alentours de la prison, tandis que la ville de Jalalabad était en état d’urgence.

L’ensemble de la ville de Jalalabad est soumise à un couvre-feu, les boutiques sont fermées, les rues sont vides.

L’État islamique a revendiqué cette attaque, survenue au lendemain de l’annonce par les services de renseignements afghans de la mort d’un haut responsable du groupe, tué par les forces spéciales près de Jalalabad, qui se situe sur la route menant à la passe de Khyber et à la ville pakistanaise de Peshawar.

Dans un rapport publié le mois dernier, les Nations unies ont estimé qu’il restait encore environ 2200 membres de l’État islamique en Afghanistan et que,en dépit de son repli territorial et de la perte de nombre de ses chefs, l’organisation restait capable de mettre en œuvre des attaques d’ampleur.

Source: Reuters/ Asian Times

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici