À Bordeaux, un “jeune” très grièvement blessé par balles dans un quartier sensible

Jeudi dernier, en plein après-midi, un “jeune” de 24 ans a été très grièvement blessé de deux balles en pleine poitrine, dans le quartier sensible de Chantecrit, à Bordeaux. La victime a été hospitalisée avec un pronostic vital engagé. Cinq individus ont été interpellés peu après, puis ont été relâchés le lendemain, ayant été mis hors de cause. Une enquête pour tentative d’assassinat est en cours.

Il est environ 16h30, jeudi 30 juillet, quand secours et policiers sont appelés par des riverains pour un blessé par balles dans le quartier très sensible de Chantecrit à Bordeaux, en Gironde.

C’est à proximité du City-stade du quartier que les secours prennent en charge un “jeune” de 24 ans, grièvement atteint de deux balles en pleine poitrine. La victime est hospitalisée en urgence absolue au CHU Pellegrin avec un pronostic vital engagé.

Immédiatement le quartier est bouclé par les forces de l’ordre qui commencent à procéder aux premières constatations. Cinq individus, à bord d’une voiture noire ayant été aperçue sur les lieux de la fusillade, sont rapidement interpellés.

Placés en garde à vue, ces cinq “jeunes” s’avéreront être des proches du blessé et les investigations démontreront qu’ils sont étrangers à la fusillade et ont même tenté de porter assistance à la victime. Ils ont été remis en liberté dès vendredi.

Une enquête pour tentative d’assassinat, menée par la direction inter-régionale de la police judiciaire, et diligentée par le parquet de Bordeaux, est actuellement en cours. De sources proches des enquêteurs, la victime a été “clairement visée“.

Bien que les éventuels antécédents judiciaires du blessé n’aient pas été communiqués, les policiers explorent principalement la piste du règlement de comptes, dont la fréquence est en augmentation dans les quartiers dits “sensibles”.

Source: Sud Ouest/ France Bleu/ Actu Bordeaux/ 20 Minutes

2 Commentaires

  1. Réglement de compte entre truands. Pourquoi le prendre en charge ? S’il décède, comme Adama Traoré, il sera enterré au bled et gageons que ce sera la municipalité qui paiera le transfert du corps. Laissons les donc s’exterminer entre eux. Pour autant que je me souvienne, lorsque les truands de Marseille, genre famille Guerini, Gaétan zampa et autres Francis le Belge se massacraient, personne ne les appelait des jeunes ni ne hurlait au racisme. Un truand, quelle que soit son origine et sa couleur de peau, n’a qu’une religion, le fric facile. Il doit être éliminé de la société dont il est un parasite néfaste.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici