Deux anciens députés macronistes signent avec le RN… contre l’écriture inclusive

Photos: DR

Le combat contre l’écriture inclusive arrive enfin à l’Assemblée nationale: Le député RN Sébastien Chenu a déposé mardi une proposition de loi visant à interdire “l’usage de l’écriture inclusive par toute personne morale ou privée bénéficiant d’une subvention publique”, et deux ex-“marcheurs” l’ont rejoint.

L’écriture prétendument “inclusive” est une lubie de certains militants féministes. Cette “pratique typographique” modifie notamment la règle de grammaire selon laquelle le masculin l’emporte sur le féminin au pluriel. Elle se traduit par des graphies comme “les élu.e.s“.

En 2017, l’Académie Française avait mis en garde contre le “péril mortel” de l'”aberration inclusive” et en 2019, le Conseil d’État avait banni son usage dans le Journal Officiel. Mais depuis leur victoire aux élections municipales, les élus EELV ont adopté ces “règles”, soi-disant au nom de l’égalité entre les “genres” dans leur mairie.

L’initiative de Sébastien Chenu a convaincu au-delà des 5 élus de son parti: L’élue “divers droite” Emmanuelle Ménard et la députée “identitaire” de la Ligue du Sud, Marie-France Lorho, soutiennent aussi l’initiative. Ils viennent d’être rejoints par les ex-LREM Agnès Thill et Joachim Son-Forget.

Agnès Thill a été exclue de LREM l’an dernier pour ses propos sur la PMA (Procréation Médicalement Assistée), et Joachim Son-Forget, élu des Français de l’étranger, connu pour ses publications polémiques sur les réseaux sociaux, a quitté de lui-même le parti macroniste.

Joachim Son-Forget proteste contre “les dérives de l’égalitarisme et du relativisme”: “La langue française a une grammaire propre et complexe qui ne nie pas l’égalité de genre. Les langues doivent évoluer certes, mais pas au mépris des savoirs de base qui se perdent en France telles que la lecture et l’écriture”, justifie-t-il.

Ce n’est pas la première fois qu’il soutient des initiatives lepénistes: il a déjà cosigné des amendements du RN lors du débat parlementaire sur l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, déclarant: “il n’y a pas de digue qui me sépare du Rassemblement National ou d’autres partis, du moment que les idées sont valables”.

Source: Le Figaro

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici