Dans le 93, la police joue avec les “jeunes” pour la dissuader de “faire des bêtises”, avec votre argent

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

“C’est quand même une belle initiative”, se réjouit Bruno Pomart, un ancien membre du RAID, cofondateur de Raid-Aventure, une association de quartier à l’origine de cette récréation policière à Bobigny, en partenariat avec la ville et la préfecture de Seine-Saint-Denis: c’est toujours le contribuable qui arrose!

L’opération baptisée Prox’, se répand dans toute la France mais la Seine-Saint-Denis reste encore privilégiée. 14 événements de ce type auront lieu sur l’ensemble de l’été dans le 93. Le but est simple, ou même plus exactement simplet: que la police fasse copain-copain avec les “jeunes” pour qu’ils se souviennent de ne pas les caillasser quand ils les voient.

“Aujourd’hui, les jeunes ont une image plutôt négative de la police”, redouble d’euphémisme Florent Deleglise, membre la BAC 93 qui anime les ateliers pour Raid-Aventure. Foot, boxe, cours de secourisme, et même course avec un plastron et casque de police et fausses arrestations avec menottage. Le parfait entraînement pour s’y soustraire.

“Avec ces activités sportives mais aussi d’initiation à certaines de nos techniques, on veut leur expliquer ce que l’on fait, et pourquoi on le fait, avec le dialogue comme mot d’ordre”, ose-t-il. Au cas où les trafiquants de drogue les auraient confondu avec le père noël, mais désormais il ne manque plus que les rennes pour que la confusion s’opère.

Bruno Pomart se félicite de “mécènes privés” en plus de ses partenaires habituels, l’Etat et les communes. “On veut limiter le désœuvrement parce que ça les mène à faire des bêtises”, dit Anne-Claire Mialot, préfète déléguée à l’égalité des chances, qui n’ose même pas reprendre les “incivilités” d’Emmanuel Macron, un terme sans doute encore trop fort.

L’efficacité redoutable du dispositif est sans appel. Les policiers sont plus méchants aux Etats-Unis qu’en France” dit un enfant de 10 ans, en référence à la mort de George Floyd et au mouvement haineux Black Lives Matter.

Seule véritable consolation au milieu de cette mauvaise comédie: “Les collègues qui sont là prennent sur leur temps libre”, précise Florent Deleglise. Sans blague, il ne manquerait plus que ça…

Source: Le Parisien

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici