À droite, les “alliés du Sud”, Louis Aliot et Robert Ménard en désaccord

Photo: DR

Pour le premier, le RN reste le pivot de toute alliance mais pour le second, le parti est une force à dépasser. Les maires de Perpignan et Béziers sont en désaccord quant à la stratégie à adopter aux élections…

“Louis Aliot me doit en partie sa victoire, et il le sait”, a déclaré le 20 juillet le maire de Béziers, lors d’une réunion filmée et diffusée en partie sur BFMTV une semaine plus tard: “S’il n’y avait pas eu Béziers comme modèle, les gens à Perpignan n’auraient pas fait confiance à la méthode qui était la sienne”.

“Ça fait 10 ans que je travaille pour gagner et sans Marine Le Pen et le RN, pas de réussites possibles“, lui a répondu sur Twitter le nouveau maire de Perpignan. À éviter donc: perdre le sens des réalités en nourrissant son ego”.

C’est en effet sur la paternité du succès de la liste RN à Perpignan que les “alliés du Sud” se livrent à un bras de fer à distance. Et au-delà, sur la stratégie à adopter jusqu’à la prochaine élection présidentielle.

Robert Ménard se dit convaincu que l’élection d’Aliot, plus large victoire communale du RN en 25 ans, aurait été impossible sans son soutien. Il rêve d’une “union des droites” dépassant le RN, il juge le profil de Marine Le Pen “trop clivant” pour la présidentielle et réclame “un nouveau visage”.

Louis Aliot, soutien de Marine Le Pen, est quant à lui convaincu que le parti à la flamme reste le pivot de toute alliance pour la présidentielle et, en attendant, pour les élections départementales et régionales prévues l’année prochaine.

Ce conflit est dangereux pour les deux hommes politiques et pourrait mettre à mal leurs ambitions de poussée dans les conseils départementaux des Pyrénées-Orientales et de l’Hérault, voire de conquête de la région Occitanie.

Source: Le Figaro/ Twitter

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici