Pas de “deuxième vague du coronavirus” en France, concède le ministre de la Santé, Olivier Véran

Olivier Véran / Photo: Wikimedia Commons
Olivier Véran / Photo: Wikimedia Commons

Même le gouvernement ne croit plus à sa propre propagande. Pas de “deuxième vague du coronavirus” en France, a déclaré mercredi le ministre de la Santé, Olivier Véran. Le pays se trouve cependant dans une poursuite de l’épidémie, dit-il.

On n’est pas dans une deuxième vague du coronavirus, on est dans la poursuite d’une épidémie, à plus ou moins bas bruit, en fonction des pays et villes concernés”, a-t-il dit devant les caméras de LCI.

Rien ne dit que nous aurons une seconde vague, rien ne dit que nous n’aurons pas de seconde vague”, a ajouté le ministre devant la presse dans l’après-midi.

Les chiffres communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires font état d’une accélération des cas de contamination au coronavirus, autour d’un millier par jour en fin de semaine dernière quand la tendance moyenne tournait autour de 560 sur les 21 premiers jours du mois. Mardi soir, le dernier bilan en date était de 725 cas supplémentaires sur une journée.

Pour autant, a souligné le ministre, la situation “n’est pas la situation de février”, en référence au mois ayant précédé l’éclatement de l’épidémie qui a fait à ce jour plus de 30 000 morts pour 183 804 cas confirmés.

Le ministre de la Santé a également recommandé le port du masque en extérieur dans les lieux très fréquentés. Lors d’une visite d’un centre de logistique dans les Yvelines, il a annoncé la distribution de masques “gratuits” (payés avec nos impôts) à huit millions de Français en situation précaire dans les dix à quinze jours.

Dans ses consignes, Olivier Véran s’appuie sur la toute dernière version du discours de l’Organisation mondiale de la santé qui “reconnaît désormais depuis plusieurs jours un risque sérieux de transmission aérosol du virus, ce qui veut dire que le port du masque, notamment lorsqu’il y a une concentration de personnes, si vous êtes dans une rue où il y a plusieurs personnes qui vont se balader et où on n’est pas sûr de pouvoir garder les distances, le port du masque, oui, je le recommande.

Lorsque vous êtes tout seul sur une place publique ou dans un parc et qu’il n’y a personne autour de vous, ça fait forcément moins sens”, a-t-il ajouté.

Le ministre évoque également un relâchement des attitudes et une augmentation des cas parmi la jeunesse notamment. Après la carotte, il sort le bâton: “Nous ne voulons pas arriver à un reconfinement. La guerre n’est pas terminée”, a-t-il encore dit.

Ils ne sont pas prêts à nous lâcher.

Source: Reuters

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici