2000 euros pour les immigrés afin qu’ils rentrent chez eux: à défaut du bâton, le gouvernement grec tente la carotte

Des immigrés clandestins dans le camp de Moria en Grèce/DR
Des immigrés clandestins dans le camp de Moria en Grèce/DR

Le gouvernement grec a commencé à distribuer l’allocation de 2000 euros aux demandeurs d’asile situés sur différentes îles de la mer Égée pour les inciter à retourner dans leur pays d’origine.

Le programme de retour volontaire et de réintégration, financé par l’Union européenne, vise à aider les demandeurs d’asile à retourner dans leur pays. En même temps, il permet aux habitants des îles de la mer Égée, submergées par les migrants, de pouvoir à nouveau respirer.

Le programme a été initialement mis en place en mars, mais il est resté largement inopérant en raison de la fermeture des frontières causée par le confinement.

Cette annonce a également coïncidé avec une vague de migrants qui ont tenté de forcer le passage en Grèce au début de l’année, après que le président turc Recep Tayyip Erdoğan eut ouvert les portes de l’Europe aux migrants en Turquie.

Les responsables grecs ont estimé que plus de 50 000 migrants ont tenté de passer dans le pays avant que Erdoğan ne soit obligé de fermer les frontières en raison de l’épidémie de coronavirus.

Le ministre de la migration et de l’asile, Notis Mitarakis, a commenté le programme du “retour volontaire” en ces termes: “Suite à la reprise des déportations forcées, nous visons dans les prochaines semaines à effectuer les premiers vols de retour volontaire. Nous mettons en œuvre une politique d’immigration stricte mais équitable, et nous visons à décongestionner à la fois les îles et l’ensemble du pays de la forte augmentation des flux migratoires des années précédentes“.

Au total, 5000 demandeurs d’asile peuvent prétendre aux 2000 euros de subventions, sous réserve d’être arrivés sur les îles de Leros, Samos, Lesbos, Kos ou Chios avant la fin de l’année dernière.

De nombreuses îles grecques continuent d’accueillir un nombre de migrants bien supérieur à la capacité des centres d’accueil, ce qui provoque l’insalubrité et la violence.

Source: Greek Reporter

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici