Un immigré irakien décapite son ex-petite copine suédoise et garde sa tête chez lui: prison à vie

Tishko Ahmed Shabaz et Wilma Andersson / Photo: DR
Tishko Ahmed Shabaz et Wilma Andersson / Photo: DR

Tishko Ahmed Shabaz, immigré irakien naturalisé suédois, a été reconnu coupable et condamné à la prison à vie pour le meurtre particulièrement atroce d’une jeune Suédoise de 17 ans, Wilma Andersson, et le démembrement de son corps. Non content d’avoir décapité son ex-petite amie, ce Kurde irakien de 23 ans a gardé la tête de sa victime à la maison.

Tishko Ahmed Shabbaz, né en Irak, a été déclaré coupable par le tribunal du district de la ville suédoise d’Uddevalla ce mardi. Le tribunal a déclaré qu’il n’y avait aucun doute sur le fait que l’homme avait assassiné l’adolescente suédoise, son ancienne petite amie.

La Suède, longtemps considérée comme un pays phare du projet multiculturel, paie depuis longtemps un tribut de sang suite à la politique d’accueil extrêmement généreuse menée par les gouvernements successifs de droite et de gauche.

En novembre de l’année dernière, Wilma Andersson, âgée de 17 ans, a disparu sans laisser des traces. Pendant deux semaines, des centaines de volontaires ont cherché son corps avant que la police tombe sur la piste du tueur.

L’ONG norvégienne de défense des droits de l’homme Human Rights Service, dresse le profil du coupable: son ex-petit ami, Tishko Ahmed Shabaz, un Kurde irakien de 23 ans, de nationalité suédoise depuis 2014.

Il a tué la jeune femme qui a voulu le quitter, a démembré son corps et s’en est débarrassé dans plusieurs endroits, à l’exception de sa tête. En effet, après avoir décapité la jeune Suédoise, le meurtrier a enveloppé sa tête de papier d’aluminium et l’a gardée dans une valise.

La police a retrouvé la tête de la victime sur une étagère dans le placard dans l’appartement que la victime avait partagé avec son ex-petit ami avant la rupture.

Selon la belle-mère de la victime, la jeune fille n’est allée à l’appartement que pour récupérer ses affaires, après avoir rompu avec son ex.

Tout au long du procès, l’immigré kurde a plaidé non-coupable malgré des preuves évidentes.

Source: Aftonbladet/ rights.no/ SVT

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici