Le maire d’un village attaqué par une bande armée d’explosifs? Que s’est-il passé?

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Lundi 27 juillet, le maire de Miribel-Les-Échelles, en Isère, présentait “des plaies au visage, à une main et une brûlure à l’autre main”, selon les pompiers qui ont transféré le “blessé léger” à l’hôpital. L’élu a reçu sept jours d’ITT suite à son agression par une bande de racailles qui souhaitait continuer ses nuisances.

Williams Dufour, 51 ans, était en réunion avec deux conseillers municipaux lorsqu’il a entendu des bruits de scooters puis de feux d’artifice sur la place du village, précise le procureur de la République, Éric Vaillant.

L’édile s’est présenté et a demandé aux “jeunes” de “cesser leurs nuisances”. Les nuisibles n’ont pas voulu ramener la paix civile et l’un d’eux a menacé le maire avec un feu d’artifice. L’élu a cherché à le maîtriser mais a été brûlé, tandis qu’un autre voyou l’a frappé au visage, rapporte le parquet de Grenoble.

D’après le procureur, il s’agit d’un groupe de six jeunes, venus avec trois scooters et qui n’habitent pas dans la petite commune de quelque 1 700 habitants, située dans le parc naturel régional de la Chartreuse.

“Ce qui m’a frappé, c’est que ces jeunes avaient de la haine vis-à-vis de moi, alors que nous ne nous connaissons pas!”, s’est étonné Williams Dufour dans Le Dauphiné Libéré. Mais le maire, qui exerce son premier mandat, a assuré ne “pas se sentir découragé par cet incident”. Autrement dit, un exemple parmi tant d’autres de ces “incivilités”.

Source: AFP

3 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici