La majorité gauchiste à Paris se fragilise: Anne Hidalgo boude deux élues écolo

Anne Hidalgo/DR
Anne Hidalgo/DR

À peine un mois après sa réélection, Anne Hidalgo vient de frapper du poing sur la table… au risque de déstabiliser encore plus sa majorité ­municipale déjà ébranlée par la démission, jeudi dernier, de son adjoint à la culture, Christophe Girard.

Ce dernier est attaqué pour son rôle allégué dans l’affaire Gabriel Matzneff, l’écrivain visé par une enquête judiciaire pour “viol sur mineure”: dans les années 1980, Girard était secrétaire général d’Yves Saint-Laurent et, dans le cadre de ses fonctions, il a soutenu financièrement Matzneff pour le compte de Pierre Bergé.

Sa démission ­a été provoquée par une campagne virulente menée contre lui par des militantes féministes, dont Raphaëlle Rémy-Leleu et Alice Coffin qui  siègent dans le groupe Europe ­Écologie-Les Verts (EELV) au Conseil de Paris.

Jeudi dernier, leur manifestation avait rassemblé une ­vingtaine de personnes devant l’Hôtel de Ville de Paris, certaines d’entre elles brandissant des pancartes “­Pédoland” et “Pédos en ­commun“, détournant le slogan campagne d’­Hidalgo, “Paris en commun“.

Dans la foulée de ce rassemblement, Christophe Girard, entendu seulement sous le statut de témoin dans cette affaire, a jeté l’éponge. Pourtant, “Girard n’est visé par aucune plainte dans l’affaire Matzneff“, rappelle une proche d’Hidalgo. “Il y a quinze jours, devant son domicile, on lui a balancé de l’urine sur la figure! Il a préféré se retirer…

Révoltée par les attaques contre son adjoint à la culture, Hidalgo dénonce, dans un communiqué, “des propos indignes” et “des ­banderoles infamantes“, et annonce un dépôt de plainte contre X pour “injures publiques” des ­services juridiques de la Ville. Girard, lui, dit vouloir porter plainte pour “diffamation“.

Sans les nommer, la maire a également visé les deux élues EELV, Raphaëlle Rémy-Leleu et Alice Coffin, qui avaient activement pris part à la manifestation: à ses yeux, elles “se placent ainsi d’elles-mêmes en dehors de la majorité municipale“.

L’entourage d’Hidalgo fulmine: “On est scandalisés par la manière dont se sont comportées Coffin et Rémy-Leleu. ­On est dans l’hystérie militante. On ne peut pas travailler avec ce type de personnes“. ­Et pour la suite? “On espère pouvoir ­trouver un ­chemin. On  ­demandé des excuses ­publiques, on va voir comment ça va se ­décanter”.

Les deux principales intéressées campent sur leurs positions. Le groupe écolo est embarrassé: “L’intégralité du groupe écologiste a très fermement condamné certaines pancartes. C’est notre souhait de continuer. On a besoin d’avoir une majorité solide. Mais il n’y aura pas d’exclusion du groupe: ces deux élues restent dans le groupe écologiste et donc dans la majorité”, explique un proche de l’adjoint aux transports, David Belliard.

Le blocage semble total. On attend avec impatience les prochaines réunions de la majorité parisienne, qui devrait se tenir dans une ambiance bien sympathique et détendue.

Source: JDD

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici