Contrôleurs aériens: “prime de suractivité” reconduite… malgré la chute du trafic!

Image d'illustration/Wikimedia Commons
Image d'illustration/Wikimedia Commons

C’est Le Parisien qui l’a révélé mercredi: tandis que le trafic aérien reste très inférieur à son niveau de l’été dernier, les contrôleurs aériens viennent de voir leur “prime de suractivité” reconduite jusqu’en octobre 2023!

Cette “prime de suractivité” a été instaurée en 2016 à la suite d’un protocole social signé par la DGAC et plusieurs syndicats. Dans le dispositif, les contrôles de certains centres travaillent plus pendant la haute saison, le plus souvent l’été. En contrepartie, ils récupèrent ces heures de travail sur les périodes creuses… ainsi que la prime.

La reconduction du protocole fait tâche, y compris au sein même de la profession. Selon un contrôleur aérien interrogé par le Parisien, malgré le déconfinement, le trafic reste “à moins de 20 %” du niveau normal. “Cette prime n’a pas lieu d’être“, en déduit-il. Un autre juge que la situation “frise le scandale lorsque l’on voit le traitement fait aux soignants“.

Selon Michel Coz Elleouet, secrétaire national au SNCTA (Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien), qui a signé le protocole, c’est un moyen efficace de rendre le contrôle aérien plus flexible. La prime “permettra d’accompagner la reprise quand elle sera là“, prétend-il.

Selon lui, le dispositif existe “parce qu’il a du sens, pas pour acheter la paix sociale. D’ailleurs, les jours non réalisés seront reportés sur les prochaines années“. Pendant ce temps, la DGAC, qui emploie les contrôleurs aériens et reçoit son financement de taxes sur les compagnies aériennes, doit emprunter pour continuer à fonctionner en 2020…

Source: Midi Libre

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici