La police britannique envisage de ne plus parler de “terrorisme islamiste”, pour ne pas fâcher les musulmans

Des djihadistes/Twitter
Des djihadistes/Twitter

The Times rapporte que, sous la pression des islamistes, la police envisage d’interdire de décrire la réalité en appelant un chat un chat. En effet, l’Association nationale des policiers musulmans du Royaume-Uni exige que la cause islamique des attentats soit cachée, car cela montre la réalité de ce qu’est l’islam: la guerre.

Cette revendication islamiste a très sérieusement été mise sur la table en juin dernier par le chef de l’unité de lutte antiterroriste Neil Basu, en présence de 70 survivants d’attaques djihadistes, de proches des victimes, d’experts et d’académiciens.

Dans une dhimmitude incroyable, Neil Basu est allé jusqu’à suggérer de qualifier les djihadistes qui ont perpétré l’attentat du métro de Londres en 2005 “d’adeptes de l’idéologie d’Oussama Ben Laden”. Or il se trouve que Ben Laden, tout comme Al Baghdadi, sont à l’islam ce que le Pape est au catholicisme.

Pire, il a carrément proposé que les auteurs de l’attaque du Pont de Londres en 2017 soient désignés comme des “terroristes qui dénaturent les buts de leur religion”, alors qu’au contraire, ils en accomplissent justement les principes!

En vérité, l’unité anti-terroriste réfléchit à désislamiser les attentats pourtant commis par des djihadistes afin de se plier aux exigences des islamistes. Mais vouloir retirer le djihad de l’islam, c’est vouloir désislamiser l’islam: c’est impossible.

Source: Valeurs Actuelles

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici