Armé d’un sabre et d’un fusil, il attaque en criant “Allah akbar!” Le parquet ne retient pas le terrorisme

Image d'illustration/Capture d'écran YouTube
Image d'illustration/Capture d'écran YouTube

Habillé en treillis comme un militaire, et armé comme tel, l’assaillant de 32 ans a surgi des taillis où il était caché, près d’une salle de réception au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), pour attaquer des fêtards au cri de guerre des djihadistes “Allah Akbar”, alors qu’ils sortaient de soirée dimanche vers 7h.

Un des convives a eu le réflexe de protéger ses “amis” en percutant l’agresseur en voiture afin de le neutraliser. Ses acolytes ont immédiatement sauté sur l’individu pour le désarmer et l’ont frappé.

L’assaillant, ivre et sonné par le choc avec la voiture, n’a pas été blessé et n’a opposé aucune résistance. Il avait sur lui “un sabre et un fusil semi-automatique”, confirme le parquet de Bobigny. Le fusil était approvisionné en munitions. Lors de la perquisition à Villemomble, au domicile du suspect, deux autres fusils ont été retrouvés.

Il a été placé en garde à vue pour violences volontaires avec arme, menaces avec arme, détention, port et transport d’arme. Mais l’affaire n’a pas été transmise au parquet anti-terroriste.

“Il a certes crié Allah akbar, mais n’a aucun antécédent judiciaire inquiétant et on n’a rien trouvé d’autre pour l’instant pouvant laisser penser à une radicalisation”, ose le parquet de Bobigny. “On reste sur une affaire de droit commun car on se trouve face à quelqu’un de perturbé sur fond de très forte alcoolisation”, prétexte une source proche de l’enquête.

Désormais, les enquêteurs travaillent avec les services de renseignements pour tenter de cerner un peu mieux le suspect. Un examen psychiatrique est aussi prévu dans les prochaines heures. Il a tous les symptômes d’une déséquilibrite aiguë, une véritable pandémie qui touche beaucoup de musulmans.

Source: Le Parisien

1 COMMENTAIRE

  1. Depuis plusieurs semaines, nous sommes soumis à un bombardement constant… que la Chine prend systématiquement pour cible les Ouïgours, les incarcérant en masse dans des camps de rééducation – que le gouvernement qualifie de “centres de formation professionnelle” – où la torture et autres violations des droits de l’homme sont monnaie courante. La Chine est un pays souverain et n’est pas membre de la plupart des organisations comme les droits de l’homme, mais c’est pourquoi nos faux serviteurs choisis ont vendu toutes nos usines et nos âmes aussi quand ils connaissaient le système chinois.
    Une chose est sûre : le virus fabriqué en Chine nous montre à quel point nous sommes mal gouvernés et à quel point nous sommes infectés par les politiques de nos faux serviteurs.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici