Une ville américaine va payer des “réparations pour l’esclavage” selon le critère de race

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Le conseil municipal d’Asheville, en Caroline du Nord, a approuvé à l’unanimité des réparations pour les citoyens noirs tout en s’excusant pour le rôle tenu par la ville dans l’esclavage.

L’esclavage aux États-Unis a été aboli il y a des générations, mais il constitue toujours un bon prétexte pour chiper un peu d’argent public. Cette “mesure historique” a été adoptée par le conseil municipal d’Asheville par un vote de 7-0 ce mardi soir.

Pendant des centaines d’années, le sang noir a été déversé, qui remplit essentiellement la coupe que nous buvons aujourd’hui“, a déclaré de manière poétique le conseiller Keith Young, l’un des deux membres noirs du conseil municipal.

Les réparations ne viendront pas sous forme de versement directs aux résidents de race noire. Très malins, les conseillers municipaux ont prévu de décompter des investissements faits dans les zones “à fortes disparités raciales”.

Une commission communautaire de réparation sera formée pour recommander la manière dont ces ressources seront utilisées. Il serait intéressant de savoir si les rémunérations des membres de la commissions seront comprises dans ces “réparations”.

Une partie de cet argent public servira à payer aux Noirs des maisons: “les priorités budgétaires pourront inclure, sans s’y limiter, l’augmentation de l’accession à la propriété des minorités”.

Il y a aura aussi une somme allouée pour payer “l’augmentation de la participation des minorités à la propriété d’entreprises et à des opportunités de carrière, des stratégies visant à accroître l’équité et la richesse générationnelle, la réduction des écarts en matière de soins de santé, d’éducation, d’emploi et de rémunération, la sécurité des quartiers et l’équité au sein de la justice pénale“, indique la résolution.

Unanime au sein du conseil municipal, la décision l’est moins dans la population de la ville où quelques résidents ont eu le courage de se prononcer contre les réparations, voire affirmer que Black Lives Matter était un mouvement marxiste.

Un homme qui s’est présenté comme Eddy de West Asheville a affirmé: “Mon privilège de Blanc est d’avoir grandi dans une ferme, nous trayions les vaches, nous leur donnions du foin. C’était ça, mon privilège blanc.”

Source: Citizen Times

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici