L’islamisme gagne en puissance en Tunisie: 6 mois de prison pour un gag

Des djihadistes/Twitter
Des djihadistes/Twitter

La révolution tunisienne, qui a fait tomber le dictateur Ben Ali, a échoué, inévitablement et lamentablement, dans les marécages de l’islamisme. Le parti islamiste Ennahda au pouvoir vient de donner la preuve que l’islam politique ne peut enfanter que la dictature.

Il vient de condamner une blogueuse tunisienne à 6 mois de prison ferme pour crime de lèse-islam. Emna Chargui avait publié, sur sa page Facebook, un post satirique incitant à se protéger du Coronavirus, rédigé sous forme de verset coranique. Cela a suffi pour qu’elle soit convoquée, jugée et condamnée.

Le 4 mai dernier, la blogueuse a été convoquée par la police judiciaire et, deux jours plus tard, elle passait devant la justice pour atteinte à l’article 6 de la Constitution tunisienne édictant que “l’État protège la religion” et “le sacré”. Sept membres du bureau d’un procureur public l’ont soumise à un interrogatoire serré. Le 7 mai, elle a été inculpée pour “incitation à la haine entre les religions en utilisation de procédés hostiles ou de violence” en vertu de l’article 52 du décret de loi relatif à la liberté de la presse. Elle vient d’être condamnée à six mois de prison.

Entre-temps, elle a, bien entendu, comme la jeune Mila en France, reçu des milliers de menaces de mort, de viol et de condamnations la vouant aux enfers.

Elle a déclaré: “J’ai vraiment peur, car je n’avais aucune mauvaise intention. Je ne pensais pas que cela prendrait une telle ampleur et qu’on en arriverait à des menaces. Je ne bénéficie d’aucune protection, donc j’en suis arrivée au point d’avoir peur pour ma propre vie. Je n’ai plus d’avenir en Tunisie. Je n’y suis plus en sécurité.” Exactement le même discours que Mila, même si sa provocation était nettement moins hardcore que celle de l’adolescente française.

Comme le dit Mustapha Amarouche, un Facebookeur tunisien: “Il était inévitable qu’une révolution infiltrée par les islamistes aboutisse à une situation pire que la dictature précédente. L’islam politique ne peut garantir les libertés: il est là pour les briser.”

Sources: France24, Facebook

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici