Après son fiasco au ministère de l’Intérieur, Laurent Nuñez va prendre la tête de la “task force” anti-terroriste

Laurent Nunez / Photo: Capture d'écran
Laurent Nunez / Photo: Capture d'écran

De tous les fiascos sécuritaires de ces dernières années, les Français ont surtout retenu la tête de cet incapable de Christophe Castaner et ont minimisé l’incompétence tout aussi crasse de son secrétaire d’État, Laurent Nuñez, qui l’accompagnait. Dégagé par le remaniement, le voici recasé auprès de Macron.

Ce bureaucrate de 56 ans sera le nouveau Coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (CNRLT), rattaché à l’Élysée. Une simple jeu de chaise musicale, où il remplace Pierre de Bousquet de Florian, devenu directeur de cabinet du nouveau ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

De 2017 à 2018, Laurent Nuñez avait occupé les fonctions de directeur général de la sécurité intérieure (DGSI) dont il fera le chef de file de la lutte antiterroriste, après les années 2015 et 2016 ensanglantées par les faillites sécuritaires interminables des attentats djihadistes sur le sol français.

Véritable bureaucrate, cet ancien inspecteur des impôts, passé par l’ENA, ça ne s’invente pas, a occupé les fonctions stratégiques de directeur de cabinet du préfet de police de Paris de 2012 à 2015 après avoir été sous-préfet, puis sous-préfet hors classe à Bayonne où il a suivi les affaires basques, et directeur de cabinet du préfet de Seine-Saint-Denis (2008-2010).

“En regagnant l’administration, M. Nuñez ne se voit pas revenir à ce stade en politique et a fortiori comme élu”, confie une source préfectorale à l’AFP. Au moins, il s’évite le fiasco électoral, c’est toujours ça d’évité…

Source: AFP

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici