L’instant où Macron a dit toute la vérité… sans s’en rendre compte!

Emmanuel Macron / Photo: Wikipédia Commons
Emmanuel Macron / Photo: Wikipédia Commons

Macron est comme tous les hommes politiques: au bout de trois quarts d’heure de monologue, il fatigue. Malgré les conseils de sa prof de théâtre, il s’empêtre, bafouille et lâche des lapsus révélateurs.

Pendant son interview télévisée du 14 juillet, il a commis une gigantesque gaffe. Il a laissé échapper ce qu’il ne fallait surtout pas avouer.

Au sujet de sa gestion du coronavirus, il a en effet dit: “On a pris la mesure la plus radicale, la plus dure, qui était le confinement.” En disant cela, il avoue qu’il avait le choix.

On a pris la mesure la plus radicale”… donc, il savait qu’il y avait, dans le monde, des pays qui refusaient d’enfermer dictatorialement les citoyens chez eux, et qui préféraient se concentrer sur la production immédiate et maximale de masques, de gel et de tests. Il savait qu’il y avait d’autres méthodes, qui réussissaient mieux que le confinement.

Il a donc sciemment fait partie, à la suite de Xi Jinping, de ces chefs d’État qui ont voulu paralyser leurs peuples, et les punir quand ils bougeaient encore, plutôt que de les équiper du matériel nécessaire et de leur faire confiance pour tout le reste. Il a misé sur la tyrannie sanitaire, contre la responsabilisation.

“La plus radicale”, “la plus dure”, les mots employés par Macron ne laissent pas de place au doute. Macron est bel et bien un homme de gauche. Il assume complètement, officiellement, d’avoir cru en la force plutôt qu’en la liberté. Et il assume d’avoir son échec… puisqu’il ose prétendre avoir réussi.

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici