Pourquoi l’émir de l’État islamique, fils de “Mamie djihad” sera-t-il rejugé?

Le djihadiste Tyler Vilus, émir de l'état islamique/DR
Le djihadiste Tyler Vilus, émir de l'état islamique/DR

Vendredi 3 juillet, le djihadiste Tyler Vilus a été condamné à 30 ans de prison, échappant ainsi à la réclusion à perpétuité qui avait été requise par l’avocat général. Face à cette décision, le parquet national antiterroriste a donc décidé d’interjeter appel: l’émir de l’État islamique sera ainsi rejugé.

La figure du djihadisme français comparaissait devant la cour d’assises spéciale de Paris pour des crimes commis en Syrie entre 2013 et 2015.

Pendant l’audience, les enquêteurs des services de renseignement ont dressé le portrait d’un “djihadiste aux multiples facettes”, à la fois “recruteur”“combattant” et “membre de la police” du califat, d’un “émir” craint et respecté, dont la présence est “attestée” sur différents théâtres de combats, massacres ou exécutions sommaires. Il était notamment apparu en 2015 sur la vidéo d’une double exécution

Fils de Christine Rivière, surnommée “Mamie Djihad”, condamnée à 10 ans de prison en appel en 2018, Tyler Vilus connaissait quasiment tout le réseau djihadiste francophone. Il a notamment été en contact avec Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire des attentats du 13-Novembre.

Si aucune preuve n’a permis de rattacher Tyler Vilus à ces attentats, l’avocat général a rappelé que ce dernier avait décidé de quitter la Syrie à l’été 2015 pour “frapper” sur le sol français. Et, après l’avoir vigoureusement nié, le djihadiste a fini par avouer à la fin de l’audience avoir eu le projet de “mourir les armes à la main”.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici