Les gauchistes souhaitent sa mort dans les journaux, mais Jaïr Bolsonaro défend toujours la liberté

Le président brésilien Jaïr Bolsonaro/DR
Le président brésilien Jaïr Bolsonaro/DR

Bien qu’il soit contaminé par le virus chinois, le président brésilien de 65 ans, est apparu en très bonne forme jeudi lors de sa communication hebdomadaire en direct sur Facebook. En effet, Jaïr Bolsonaro prend le traitement préconisé par le professeur Raoult avec de l’hydroxychloroquine.

“J’ai pris (de l’hydroxychloroquine) et ça a marché, et je vais très bien, grâce à Dieu. Et que ceux qui la critiquent proposent au moins une alternative”, a rappelé Jaïr Bolsonaro.

L’homme fort du Brésil a d’ailleurs déploré la décision de Facebook de supprimer mercredi des comptes liés à lui et à son entourage, ses trois fils engagés en politique. “Nous ne pouvons pas perdre la liberté de la presse”, a défendu le président brésilien.

Détesté par la gauche, Bolsonaro a montré des pages Internet et des articles de presse réclamant sa mort et des images sur lesquelles il apparaît décapité, et a rappelé que pour autant lui ne demanderait “la suppression de la page de personne”.

D’ailleurs pour ce qui est de Jaïr Bolsonaro, la haine contre lui ne se contente pas des mots, comme le prouve l’attentat perpétré au couteau par un partisan de gauche lors de la campagne présidentielle, qui a failli coûter la vie au président, dont il lui a fallu plusieurs opérations pour se remettre.

Le dirigeant brésilien est l’objet de haine car il discrédite complètement la gauche et ses mensonges par son action positive de promotion de la liberté, tant sur la sécurité, que sur la prospérité. La désinformation massive le concernant est réduite à néant par son immense popularité, qui témoigne du soutien massif de la population brésilienne envers lui.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici