Robert Ménard sur la plaie de la violence gratuite en France: toutes les deux minutes, il y a une plainte

Le maire de Béziers, Robert Ménard / Photo: Capture d'écran YouTube
Le maire de Béziers, Robert Ménard / Photo: Capture d'écran YouTube

Le maire de Béziers, Robert Ménard, a été invité au micro de Sud Radio pour commenter plusieurs sujets de la politique française. Il s’est penché sur la question de la violence en France, une espèce d’Orange Mécanique au quotidien.

En commentant l’arrivée de Gérald Darmanin au ministère de l’Intérieur, le maire de Béziers lui accorde le bénéfice du doute. “J’attends de juger sur actes.” Le premier sujet à affronter sera la sécurité.

Il revient sur l’affaire de Bayonne où cinq racailles, sans billet et sans masque, ont lynché dans une cité sensible un chauffeur de bus qui est depuis en état de mort cérébrale.

Qu’est-ce qu’on fait par rapport à cette violence-là?” interpelle-t-il. “Cette violence gratuite, cette espèce d’Orange Mécanique au quotidien“.

Toutes les deux minutes, il y a une plainte en France pour une violence gratuite dont la moitié des victimes sont des femmes“, précise Robert Ménard. “Ça se passe la plupart du temps en plein jour, dans une rue.”

“Il y a les meurtres, il y a des crimes, il y a des grosses affaires, mais ce qui sidère les gens, c’est cette violence-là.

Robert Ménard refuse le terme d'”incivilités“, c’est beaucoup plus grave. “Quand vous vous faites casser la figure pour un mot de travers dans une rue ou que vous vous faites agresser parce que vous êtes dans une rue, parce que vous êtes une fille dans une rue et que vous avez le malheur de ne pas être habillée comme le souhaitent vos interlocuteurs, pardon, c’est pas des incivilités, c’est de la vraie violence“.

Le maire de Béziers propose aussi une solution: “il faut être intransigeant“. Il évoque des “policiers qui sont exaspérés, qui n’ont plus envie de prendre les plaintes en disant ‘tout ça ne va déboucher sur rien’” parce que “le magistrat derrière” est laxiste et ne sanctionne pas les délinquants.

Et même si les juges n’étaient pas aussi laxistes, il manque des places en prison. Emmanuel Macron a promis de “construire 15 000 places en 5 ans“, mais il n’a pas respecté sa promesse électorale.

Robert Ménard s’insurge contre “le délire d’un certain nombre de gauchistes”, dont le nouveau arde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, de réduire le nombre de prisonniers. “La prison, ça ne fait pas de vous un saint, je suis bien d’accord. Mais ça nous met à l’abri d’un certain nombre de petits salopards qui, pendant qu’ils sont en prison, ne sont pas dans la rue à agresser les gens“, affirme le maire de Béziers.

Source: Sud Radio

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici