Oubliée par les gardiens, une femme enceinte passe toute une nuit enfermée dans le parloir d’une prison

Image d'illustration / Photo: Adobestock
Image d'illustration / Photo: Adobestock

Dimanche dernier, une femme enceinte et presque à terme, a été oubliée par le personnel dans le parloir de la prison de Liancourt dans l’Oise où elle venait de rendre visite à son mari incarcéré. Enfermée dans la pièce vers 17h00, la malheureuse n’a été délivrée que le lendemain à 9h00!

Dimanche 5 juillet, vers 17h00, le temps de parloir partagé entre un homme incarcéré et son épouse de 43 ans venait de prendre fin, comme chaque weekend, à la maison d’arrêt de Liancourt, dans l’Oise.

L’homme a été extrait de la pièce pour une fouille tandis que son épouse, enceinte de huit mois et demi, restait, comme le veut la règle, à l’intérieur, attendant qu’un surveillant vienne la chercher pour ressortir de la prison.

Mais au bout de longues minutes, la quadragénaire, commença à se poser des questions. Pourquoi personne ne venait la chercher? Malgré des cris, de multiples coups contre la porte et de nombreux appels à l’aide, la femme restait plongé dans l’obscurité de la pièce.

La pauvre femme demeurera ainsi 16 heures, enfermée dans la pièce sans lumière et glacée par la climatisation, avant d’être découverte, le lendemain matin vers 9h00, par un gardien, alerté par une secrétaire ayant entendu des bruits provenant de cette pièce normalement vide.

Il est à noter que la famille de la quadragénaire, inquiète de sa disparition, avait contacté la prison dans la nuit pour la retrouver. Par erreur, il leur a été répondu qu’elle avait quitté l’établissement vers 17h00.

Par chance, la malheureuse est en bonne santé et a pu regagner son domicile en région parisienne. L’enfant à venir se porte lui aussi a priori très bien et cette négligence n’a heureusement pas entraîné de conséquences fâcheuses.

Néanmoins, la direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) de Lille a déclenché une enquête administrative sur cet incident et reconnait “des manquements graves et un dysfonctionnement“.

Source: AFP/ Actu Pénitentiaire/ Le Parisien/ 20 Minutes

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici