Dupont-Moretti se fait violemment troller par l’Assemblée Nationale

Le Ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti/DR
Le Ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti/DR

Éric Dupont-Moretti a étrenné son tout nouveau costume de Ministre de la Justice face aux députés, lors de la séance de questions au Gouvernement. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a pris très cher.

Hué, ridiculisé, déstabilisé, il a subi une séance de trolling de haut niveau.

C’est Antoine Savignat, député LR du Val-d’Oise, qui a lancé les hostilités. Il a lancé à Dupont-Moretti: “Vous ne deviez jamais occuper ce fauteuil, et vous êtes là. Vous ne deviez jamais avaler de couleuvres, et avez retiré votre plainte pour atteinte inadmissible à votre vie privée et au secret professionnel. Vos actions futures seront-elles en adéquation avec vos déclarations passées?”

À compter de cet instant, l’avocat, pourtant grand habitué des situations brûlantes, a complètement perdu le contrôle de l’hémicycle: impuissant face à la colère des élus, il a subi des vagues ininterrompues de huées.

Il a commencé par s’énerver très fort, comme il sait faire: “On n’est pas au spectacle!” Mais l’Assemblée a redoublé de cris.

Il a tenté de s’expliquer sur son changement radical d’avis, lui qui avait déclaré, en 2018, qu’il excluait absolument d’être un jour Garde des Sceaux. “Quand on est avocat, on ne s’exprime pas comme quand on est ministre. Ça, c’est pour la forme. Moi, au café, je ne porte pas de cravate. À l’assemblée, j’en mets une.” Argumentation bidon, qui n’a convaincu personne. Tous les députés ne sont pas aussi faciles à convaincre que des jurés aux assises.

Le dos au mur, il a même supplié les députés de le laisser parler: “Je vous en prie, c’est déjà compliqué! Pour moi, c’est une première!” Dupont-Moretti semble ignorer que la dernière chose à faire, devant une foule en furie, est de lui demander d’être aimable.

Le plus drôle a été le moment où il s’est tourné vers Richard Ferrand, Président LREM de l’Assemblée: “Est-ce qu’on décompte les interruptions de séance?” Et Ferrand, en grand requin blanc de la politique macronienne, a répondu avec un sourire glacial:Non. On souffre en silence.”

Bienvenue en politique, maître! Vous allez très bientôt regretter d’être venu.

Source: Le Figaro

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici