Danger! Une immense chape de censure s’abat sur le monde

Marianne bâillonnée/DR
Marianne bâillonnée/DR

H16, un des chroniqueurs français de droite les plus courageux et les plus talentueux de notre temps, regarde le monde glisser insidieusement dans la censure la plus brutale et la plus systématique. Et, même s’il a d’habitude beaucoup d’humour, ça ne le fait pas du tout rire.

Il décrit le mécanisme où l’Occident a mis le doigt, et qui est en train de lui dévorer le bras à une vitesse prodigieuse.

“On observe qu’à côté des mouvements violents prétendument antiracistes et qui tournent objectivement au pillage pur et simple, se développent des phénomènes de meutes dans lesquelles l’individu sera gommé au profit d’une pensée unique, extrêmement simpliste et binaire où celui qui émet des réserves, cherche la nuance, sera immédiatement assimilé à l’ennemi: celui qui rappelle qu’un mouvement de défense des Noirs ne doit pas devenir un mouvement d’oppression des Blancs est immédiatement taxé de racisme; celui qui rappelle que tous les hommes ne sont pas des violeurs sera taxé de machisme; celui qui rappelle quelques bases évidentes de la biologie sexuelle se voit taxé de transphobie sans nuance; etc…”

Bref: la vérité, le bon sens, la logique, la culture, sont sur le point d’être envoyés en camp de rééducation. Les trains à marchandises roulent à vive allure vers le grand froid, remplis de nos libertés en pyjamas rayés.

“L’étape d’après est malheureusement connue puisqu’il s’agira, non plus de dénoncer, voire faire licencier, ceux qui s’opposent, vocalement ou non, mais de faire cela à ceux dont on “soupçonne” seulement qu’ils pourraient penser s’opposer…” Tout comme dans la police, feu Cricri le Nightclubber voulait récemment mettre à pied les policiers “soupçonnés” de racisme.

Et H16, lucide, met en garde: “Regardez autour de vous, regardez les lois que nos États passent ou tentent de passer, écoutez les discours tenus par les médias officiels : le doute n’est plus permis et la direction prise fait froid dans le dos.”

Non, le doute n’est plus permis: un foulard sur les yeux, les mains liées dans le dos, la liberté approche du peloton d’exécution.

Source: blog de H16

1 COMMENTAIRE

  1. il faut avouer que bon nombre de cons citoyens sont tres prets et complices pour entrer dans ce systeme. J’ai ete effrayee de voir, des le pied dans la Gare, TOUS porter tres CONSCIEUSEMENT leurs baillons…
    Il est vrai que les nombreux messages micro nous rappellent que nous sommes passibles d’une amende pour les contrevenants. De quoi creer une psychose.
    Pour ce qui est du racisme, mon voisin de 88 ans, ancien medecin, originaire du Cameroun… le dit au et fort ‘JE SUIS UN NEGRE, et je revendique ma negritude’.
    Le meme discours que j’ai entendu au Gabon et au Congo.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici