Devant le Castex d’une santé en ruine, combien le Premier ministre achètera-t-il la paix sociale?

Jean Castex / Photo: DR
Jean Castex / Photo: DR

Dans un entretien accordé dimanche au JDD, le nouveau Premier ministre Jean Castex a manifesté sa volonté de vite conclure le “Ségur de la Santé” entamé par son prédécesseur Edouard Philippe qui vise à calmer le personnel soignant après le fiasco sanitaire causé par le virus chinois.

“Des décisions essentielles sont sur la table. L’emploi, évidemment, […] Le soutien aux soignants et la transformation de notre système de santé dans le cadre du Ségur que je conclurai la semaine prochaine”, a assuré celui qui a été désigné par Emmanuel Macron pour tracer le “nouveau chemin” du quinquennat du président.

Faute d’accord avec les syndicats avant un remaniement imminent, le précédent gouvernement de Philippe avait décidé de prolonger de quelques jours le “Ségur de la santé”, n’ayant rien trouvé de mieux que d’aligner du pognon sur la table pour acheter la paix sociale.

En effet, loin des légendes médiatiques, nous n’avons pas “le meilleur système de santé que le monde nous envie”, mais au contraire un système dysfonctionnel et ruineux, massacré par la mauvaise gestion naturelle de l’Etat, qui lui impose de plus en plus une bureaucratie parasite qui finira de tuer les soignants.

La dégradation des conditions de travail a engendré une légitime protestation, mais au lieu de traiter le problème à la racine, Macron s’est contenté d’arroser de sept milliards d’euros les salaires des soignants.

Mais sans régler le problème de fond, Macron pourra continuer encore et encore de déverser l’argent des Français, cela revient à remplir le tonneau des Danaïdes.

Source: AFP, FL24

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici