Merkel perd le contrôle! Pourquoi l’Allemagne dissout-elle une unité de ses forces spéciales?

Kommando Spezialkräfte / Photo: Bundeswehr
Kommando Spezialkräfte / Photo: Bundeswehr

Dans un entretien du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, Annegret Kramp-Karrenbauer, la ministre de la Défense, a décidé dans l’immédiat la dissolution de la deuxième compagnie des forces spéciales (KSK), estimant qu’elles ont “partiellement pris leur autonomie” par rapport au reste de l’armée allemande.

L’unité d’élite ne sera pas remplacée. Le KSK ne conservera donc plus que trois compagnies. Tant qu’un renouvellement n’aura pas eu lieu, l’unité spéciale de la Bundeswehr ne participera pas aux exercices et aux missions internationales. Il s’agit d’une principale source d’inquiétude pour le gouvernement d’Angela Merkel.

Plusieurs membres des forces spéciales sont considérés comme proches de la mouvance nationaliste, et la ministre s’inquiète d’un risque terroriste. Elle a qualifié les dernières découvertes de “troublantes” et “alarmantes”: 48 000 munitions et 62 kg d’explosifs auraient disparu du KSK.

Déjà entamée, la purge idéologique dans l’armée ne satisfait pas le gouvernement, et une évaluation doit avoir lieu fin octobre. Et la ministre menace que si les membres de ces forces spéciales “n’ont pas entendu ce premier coup de feu préventif, la question d’une réorganisation” plus large “de la KSK se posera inévitablement”.

En 2017, deux militaires allemands, dont un officier de 28 ans, Franco Albrecht, ont été arrêtés car soupçonnés d’avoir planifié un attentat contre des personnalités allemandes extrêmement favorables à l’immigration.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici